Page d'Accueil

Ça s'est passé hier...

Ces jours-ci en
Ile de France

Prochains
Offices

Communauté
paroissiale

Textes et
Documents

Liens

De Bethléem au Jourdain

Je suis toujours sensible à la proximité de ces deux grands évènements du mystère du salut que sont la Nativité et le Baptême du Sauveur.

Dans la vie de Jésus il y a là un saut de trente années que l'Église franchit allégrement en 13 jours. Deux évènements fondateurs du salut et tous deux préparant chacun à sa manière au sacrifice de la Croix et à la Résurrection. La Nativité en tant qu'irruption du Fils éternel dans l'épaisseur de la trame de notre histoire humaine pour ne plus jamais en sortir et pour la sanctifier. Dieu devenu petit enfant dans le paradoxe de la faiblesse et de la pauvreté. Quant au Baptême au Jourdain, c'est une autre épaisseur qu'assume le Fils de l'homme, celle du « péché du monde », c'est-à-dire de notre humanité dont Il a accepté d'être partie prenante. Dans ces deux évènements, les cieux s'ouvrent, pour faire entendre aux bergers de Bethléem la louange angélique de « la bienveillance (de Dieu) parmi les hommes » et pour faire résonner la Voix du Père confirmant qu'en le Fils bien-aimé est toute sa bienveillance.

Ce terme de « bienveillance » est mystérieux et polyvalent. Signifie-t-il selon la traduction latine et française courante « les hommes de bonne volonté » ? J'opterais davantage pour la compréhension littérale du terme grec signifiant la bienveillance de Dieu Lui-même. Cette bienveillance divine implique d'une part un débordement d'amour et de grâce de Dieu envers les hommes, mais bien sûr d'autre part la plénitude infinie et éternelle de la bienveillance du Père vis-à-vis du Fils. Cette bienveillance acquiert un nom personnel, l'Esprit Saint. Car la grâce de Dieu est toujours personnelle et l'Esprit intervient dans les cœurs humains pour les éveiller et susciter en eux le besoin et même la soif de Dieu. Ce même Esprit reposant en Jésus Le pousse à solliciter les cœurs humains et à frapper à la porte de leurs cœurs.

De Bethléem au Jourdain c'est aussi les trente années de la vie cachée de Jésus où Il vit en obéissance auprès de sa Mère et de Joseph. Les Évangiles « canoniques » font silence sur ces trente années sauf Luc qui relate la fuite en Egypte (où des traditions locales conservées dans l'Église copte se souviennent du séjour de la Sainte Famille) et de Son « escapade » au Temple à l'âge de douze ans où Il s'entretenait avec les Docteurs de la Loi.

Ainsi, aux yeux de la foi Bethléem et le Jourdain sont proches et font partie du cycle de la vie cachée de Jésus que ces deux évènements ouvrent et clôturent. Quant à nous, nous ne connaissons pas d'autre Jésus que le Docteur de la Bonne Nouvelle que l'Esprit Saint actualise dans la vie de l'Église, de même que St Paul disait ne pas connaître d'autre Jésus que le Crucifié (1 Cor.2,2).

Mais ces années de silence semblent mystérieusement nécessaires pour que selon son humanité vraie Jésus grandisse jusqu'à la maturité, Lui le Fils de Dieu éternel. La raison humaine défaille à vouloir pénétrer dans le mystère de la croissance de Jésus en sagesse et en grâce devant Dieu et devant les hommes (Lc.2,40 et 51-52). Jésus fait profondément sienne la loi de la croissance humaine dans le climat de l'obéissance, de l'effacement et du labeur. Ces temps de préparation confirment la réalité de son humanité, en tout identique à la nôtre sauf le péché. Mais même le péché, Jésus l'assumera au Jourdain (Jn.1,29) pour nous en affranchir. Mais de cette libération du péché et de son empire nous reparlerons lors des mois prochains où l'Église nous fera effectuer un nouveau saut dans le temps de la vie du Christ en nous rapprochant de sa Passion et de sa Résurrection.


Père Boris

Bulletin de la Crypte N° 319 janvier 2004