Site de la Crypte

seraphin

Éditorial

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Ange de l'éditoUne icône pour le carême

La couverture de ce Bulletin présente une nouvelle icône pour notre communauté que nous avons commandée à notre amie Hélène Bléré. Cette icône, dite icône de carême, représente le Christ en Croix entouré des saints célébrés pendant cette période. Elle nous accompagnera dans ce pèlerinage du Grand carême que nous revivons tous les ans.
Ce pèlerinage pour lequel l’Église nous invite à nous mettre en marche sur la route du Royaume ; à nous mettre en présence de notre Seigneur. L’icône est justement le début de cette présence et de notre conversion. Elle est appelée en permanence à nous réveiller. Nous nous tenons devant l’icône de Jésus et de ses saints. Ils nous rassemblent pour nous convertir, nous transformer.

En ce temps de carême, la prière et le jeûne, dont nous parle le Seigneur, sont avant tout la soumission de notre volonté à celle du Seigneur, la remise de notre être tout entier entre les mains du Père, l’attente impatiente de sa miséricorde !

L’icône nous soutient sur ce chemin. Il s’agit, devant l’icône de notre Sauveur et de ses saints, de prendre le temps de nous laisser pénétrer, d’entrer dans le partage et l’échange. Un échange au-delà des bruits de ce monde, au-delà de toute parole. Le Seigneur pénètre nos cœurs. Il pénètre toute notre misère ; Il nous prend en lui pour faire de nous des hommes vivants ; pour participer à sa Résurrection.

Alors, dans cette disposition, sachant que le Seigneur a confiance en nous, qu’il croit en nous, nous pouvons nous mettre en marche et le suivre, peut-être d’un pas mal assuré, chancelant, voire hésitant. Parfois même en tombant, mais convaincu aussi que par l’amour du Père, par sa confiance en nous, nous pouvons faire de grandes choses. Lorsque nous regardons les icônes, nous ne devons pas non plus oublier les icônes vivantes que sont nos frères, les hommes et les femmes qui nous entourent. Ainsi, nous ne pouvons que nous incliner devant le Dieu vivant qui est parmi les hommes, qui est dans chaque homme. En ce début de carême nous nous sommes demandé mutuellement pardon en nous regardant les uns les autres, en nous inclinant les uns devant les autres. Conservons comme un trésor cette relation que nous avons construite à travers le pardon, dans la grâce de notre Seigneur.

Ne gaspillons pas ce trésor car, par nous, la gloire, la lumière, la douceur, l’amour de notre Dieu doit pouvoir se manifester dans le monde. Pour qu’Adam, et l’humanité avec lui, cesse de pleurer le paradis perdu. C'est toute notre communauté qui est appelée ainsi à s’engager dans ce pèlerinage. Nous sommes l’Église, le Corps du Christ, cela signifie que notre vocation est de manifester la présence incarnée du Christ dans le monde en étant son icône.

Père Alexis

Bulletin de la Crypte N° 421 mars 2014