Site de la Crypte

seraphin

Éditorial

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Ange de l'éditoL'ACAT, 40 ans au service des victimes de la torture

"Seule l'Église peut libérer et orienter notre vie. Mais pour cela il faut qu'elle écoute le cri du monde, se tourne vers l'injustice... Le visage du Christ, c'est l'affirmation dans chaque homme de son visage libre et fait à l'image de Dieu." Sainte Marie (Skobtsov)

Le 15 novembre 2014, l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT) fêtera le 40e anniversaire de sa fondation : 40 ans de cheminement et de lutte pour la dignité des personnes dans un monde pratiquant toujours largement la torture. Malgré les traités internationaux, près d'un État sur deux a recours à la torture contre ses opposants politiques ou pour les détenus de droit commun. Nous fêterons 40 ans de solidarité, d'actions multiples et de prières en faveur des victimes de tortures, des condamnés qui attendent leur destin dans les couloirs de la mort, des demandeurs d'asile qui fuient la guerre et les persécutions...

Fondée par deux protestantes inspirées comme étant dès l'origine une association spécifiquement chrétienne et œcuménique, l'ACAT a reçu immédiatement l'adhésion d'orthodoxes et notamment de paroissiens de la Crypte. Certains orthodoxes, comme le Père Cyrille Argenti, le Père Michel Evdokimov et Élisabeth Behr-Sigel y ont assumé des responsabilités importantes et de nombreux dissidents russes ont été soutenus et parfois libérés par l'action de l'ACAT.
Comment ne pas se sentir concernés par une telle cause : un torturé est déjà au milieu de nous, sur la Croix. Ressuscité, Il garde les marques des clous à ses mains et à ses pieds. Chaque torturé est désormais une icône du Christ souffrant. Si Dieu a témoigné de la dignité de l'être humain en se faisant homme alors il importe d'agir, de prier, et de témoigner contre tout ce qui défigure la dignité de la personne humaine, créée à l'image de Dieu.

"Souvenez-vous de ceux qui sont en prison comme si vous étiez prisonniers avec eux, de ceux qui sont maltraités puisque vous aussi, vous avez un corps." (He 13,2-3).

Tel est le mandat que se fixe l'ACAT.

Chaque dimanche, nous chantons le psaume 102 : "Le Seigneur fait justice aux opprimés, il donne du pain aux affamés..." Nous chantons les Béatitudes, prions pour les malades et les prisonniers et les portons mystérieusement en Christ dans l'Eucharistie. Le sacrement de l'autel, comme l'affirmait saint Jean Chrysostome, doit s'accompagner naturellement du "sacrement du frère" après la liturgie, c'est-à-dire du service de solidarité humaine, notamment envers les plus faibles. À chacun de trouver son chemin, par la vie associative, l'entraide personnelle, familiale ou communautaire pour faire vivre le sacrement du frère.

Merci de soutenir cette lutte pour la dignité humaine par vos prières (en particulier lors de la Nuit des Veilleurs en juin), en vous abonnant au Courrier de l'ACAT, en signant les appels qui s'y trouvent, en faisant un don occasionnel ou en adhérant à l'ACAT qui compte à ce jour 8 500 membres et 40 000 sympathisants et donateurs dont nombre d'orthodoxes (1).

"Ce que vous avez fait au plus petit de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait." (Mt 25,40).

Brigitte Vilanova, membre de l'ACAT
et Michel Stavrou, vice-président orthodoxe de l'ACAT

(1) cf. le site de l'ACAT

Bulletin de la Crypte N° 427 novembre 2014