Site de la Crypte

seraphin

Éditorial

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Ange de l'édito

Message de Noël

de son Éminence l'Archevêque Job de Telmessos, Exarque du Patriarche œcuménique,
au clergé, aux moines et aux fidèles
de l'Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale

Chers Pères, Frères et Sœurs bien aimés en Christ,

D'année en année, l'approche de la fête de la Nativité du Christ remplit de joie les chrétiens qui se préparent à célébrer dignement cette solennité. Et il convient de nous réjouir, puisque s'est accomplie la prophétie d'Isaïe : aujourd'hui, "un enfant nous est né, un fils nous est donné"(Is 9,5). En vérité, la fête que nous célébrons en ce jour est la fête du Dieu qui se donne en s'incarnant et en s'humiliant pour la vie du monde. C'est précisément ce que le saint apôtre Jean le Théologien affirme en disant : "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle" (Jn 3,16). Sans ce don sacrificiel reçu de Dieu, l'humanité n'aurait jamais été en mesure ni de connaître véritablement Dieu, ni de s'unir à Lui autant qu'il est possible pour la nature humaine et d'avoir accès au Royaume céleste.

Ce don offert généreusement à l'humanité tout entière par le Dieu miséricordieux appelle à son tour une réponse généreuse de la part de la création tout entière. En ce jour de fête, l'Église clame dans son hymnographie : « Que t'offrirons-nous, ô Christ qui apparaît comme homme sur terre ? Chacune de Tes créatures t'offre son action de grâce : les anges - l'hymne, les cieux - l'étoile, les mages - les dons, les pâtres - l'adoration, la terre - une grotte, le désert - une crèche, et nous - une Mère vierge. Ô Dieu d'avant les siècles, prends pitié de nous » (4e stichère du lucernaire). Et l'Église poursuit jusqu'à ce jour d'offrir l'action de grâce en célébrant l'Eucharistie, durant laquelle, en faisant mémoire de tout ce qui a été fait pour nous dans le Mystère de salut en Christ, elle offre à Dieu ce qui est à Lui, et qui vient de Lui, "en tout et pour tout".

Mais l'événement célébré avec joie aujourd'hui, avec toutes ses répercussions cosmiques et éternelles, nous invite à répondre concrètement, chaque jour de notre vie, par un don généreux. Tout d'abord, chacun de nous, en tant que prêtre de la création, est appelé à rendre grâce au Créateur pour le don de la création. Cela signifie que nous devons reconnaître le monde que nous habitons comme un don de Dieu pour lequel nous devons être reconnaissants. Pour cette raison, nous sommes invités à mener un mode de vie « eucharistique » et « ascétique », puisque le monde créé n'est pas notre possession, mais un don reçu de Dieu, ce qui signifie concrètement que nous devons être respectueux et responsables vis-à-vis de la création matérielle en évitant la pollution et le gaspillage.

Par ailleurs, nous devons être généreux chaque jour de notre vie en percevant en chaque être humain, créé l'image et à la ressemblance de Dieu"(Gn 1, 26-27), l'image du Christ qui s'est donné pour nous. Chaque fois que nous soutenons un être humain que nous rencontrons dans notre quotidien par notre bonté, par notre générosité, par notre soutien moral ou par notre aide matérielle, nous répondons au don généreux du Dieu fait homme, puisque, comme Il nous l'a dit lui-même, "ce que vous avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25,40).

Enfin, il convient aussi d'aider l'Église, qui est le Corps du Christ, le prolongement de l'incarnation de Dieu à travers les siècles, et qui, par ses initiatives missionnaires et surtout par la célébration des sacrements, sans lesquels l'union mystique avec le Christ par la grâce divine ne serait possible, incarne dans notre vie le mystère salvifique du Christ. Or, sans notre engagement et notre soutien, de manière synergique, l'Église ne pourra pas accomplir efficacement cette mission divine et essentielle dans le monde.Chers Pères, Frères et Sœurs bien aimés en Christ, je souhaite à chacun d'entre nous, que la joie de cette fête reflète véritablement l'incarnation de Dieu dans le quotidien de notre vie. Vous présentant mes meilleurs vœux à l'occasion de la Nativité du Christ et du Nouvel An, j'implore sur vous tous la bénédiction du Dieu fait homme et souhaite que chacun de nous puisse dire à la suite du saint apôtre Paul, "ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi" (Ga 2,20).

+ Job, Archevêque de Telmessos, Exarque du Patriarche œcuménique Paris,
Cathédrale Saint-Alexandre-de-la-Néva, le 25 décembre 2014 /7 janvier 2015.

Bulletin de la Crypte N° 429 janvier 2015