Site de la Crypte

seraphin

Éditorial

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Ange de l'édito Petite théologie des couleurs

Il est scientifiquement prouvé que lorsque l'on place sur un disque des quartiers de couleurs différentes et que, dans un mouvement circulaire et donc infini, l'on fait tourner ce disque, les couleurs se mélangent et n'en font plus qu'une : le blanc, c'est-à-dire la lumière… par opposition au noir qui loin d'être une couleur en est une absence notoire et donc une absence de lumière. Ce "noir" qui n'est le fruit que de nos conflits intérieurs, de nos contestations systématiques, de nos contradictions et de nos oppositions à la volonté divine.

Pour peu que nous y soyons attentifs, cette "théologie des couleurs" nous est prêchée à longueur d'année, ou plutôt au fil de chaque année liturgique qui nous est donnée de vivre. En effet, les couleurs trouvent naturellement et strictement leur place dans les icônes qui jalonnent notre vie liturgique, tout comme elles ponctuent et solennisent les moments forts de l'année liturgique.

Ainsi, l'Église se pare d'ornements de différentes couleurs au fil de chaque cycle liturgique : le rouge pour les solennités de la Sainte Croix, de l'Ascension et des commémorations des martyrs, le bleu pour les fêtes de la Mère de Dieu, le vert pour l'Entrée à Jérusalem du Seigneur et pour la Pentecôte, le violet pour le Grand Carême et l'or pour le temps ordinaire, pour enfin culminer vers le blanc, symbole de la Résurrection.

Il en est ainsi de chacune de ces couleurs comme de chacun d'entre nous, dans le sens où chacun et chacune d'entre nous est comparable à une couleur ; une couleur unique et spécifique, tantôt dans des teintes douces, tantôt dans des tons plus vifs selon nos personnalités réciproques. En résumé : une couleur voulue et créée par Dieu. Et dès lors que nous entrons, ensemble, en Église, dans un même mouvement circulaire, dans une même ronde qui ; loin de nous "faire tourner en rond", nous élève plutôt toujours plus haut d'année en année ; alors nous devenons non seulement une "unité", mais aussi des instruments de lumière de sorte que la Résurrection jaillit de nous tous et rejaillit par conséquent sur le monde qu'elle illumine. Vous l'aurez compris, durant cet été qui s'ouvre à nous, nous n'avons qu'un mot d'ordre : prenons des couleurs, tant au niveau physique que spirituel !

Prenons donc des couleurs et n'oublions pas de rendre grâce ! Oui, rendons grâce de ce que nous avons la chance inestimable que nos vies soient balisées par la célébration de la Liturgie, dans l'esprit de cet adage du Père Sophrony (du Monastère St Jean-Baptiste de Maldon) : "Seigneur, donne-nous un petit coin sur terre où nous puissions célébrer la Liturgie pour Toi". !

Bon été à tous

Père Elisée

Bulletin de la Crypte N° 445 juillet-août 2016