Site de la Crypte

seraphin

Épître du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint PaulDeuxième lettre de Paul aux Corinthiens

Chapitre XI verset 31 au Chapitre XII verset 9

Pour que je ne m'enorgueillisse pas !

11,31 Le Dieu et Père du Seigneur Jésus, qui est béni éternellement, sait que je ne mens pas.

32 À Damas, l'ethnarque du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens pour m'appréhender,

33 et c'est par une fenêtre, dans un panier, qu'on me laissa glisser le long de la muraille, et ainsi j'échappai à ses mains.

12,1 Il faut se glorifier ? (cela ne vaut rien pourtant) eh bien ! j'en viendrai aux visions et révélations du Seigneur.

2 Je connais un homme dans le Christ qui, voici quatorze ans – était-ce en son corps ? Je ne sais ; était-ce hors de son corps ? Je ne sais ; Dieu le sait – cet homme-là fut ravi jusqu'au troisième ciel.

3 Et cet homme-là – était-ce en son corps ? Etait-ce sans son corps ? Je ne sais, Dieu le sait – , je sais

4 qu'il fut ravi jusqu'au paradis et qu'il entendit des paroles ineffables, qu'il n'est pas permis à un homme de redire.

5 Pour cet homme-là je me glorifierai ; mais pour moi, je ne me glorifierai que de mes faiblesses.

6 Oh ! si je voulais me glorifier, je ne serais pas insensé ; je dirais la vérité. Mais je m'abstiens, de peur qu'on ne se fasse de moi une idée supérieure à ce qu'on voit en moi ou ce qu'on m'entend dire.

7 Et pour que l'excellence même de ces révélations ne m'enorgueillisse pas, il m'a été mis une écharde en la chair, un ange de Satan chargé de me souffleter – pour que je ne m'enorgueillisse pas !

8 À ce sujet, par trois fois, j'ai prié le Seigneur pour qu'il s'éloigne de moi.

9 Mais il m'a déclaré : "Ma grâce te suffit : car la puissance se déploie dans la faiblesse." C'est donc de grand coeur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ.

 

saint Jean Chrysostome Commentaire patristique par saint Jean Chrysostome

Les faux apôtres parlaient même des vertus qu'ils n'avaient pas ; Paul, au contraire, cache même les vertus qu'il a, et cela quand une nécessité si impérieuse devrait le faire parler, et il dit : "Il ne m'est pas avantageux", ce qui démontre éloquemment combien tous doivent fuire l'ostentation. Il n'y a aucun profit à y céder, elle est funeste ; il faut pour parler de soi, une nécessité de nature à déterminer la volonté.

L'apôtre donc, après avoir rappelé ses dangers, ses épreuves, les piéges qui lui ont été tendus, ses chagrins, ses naufrages, passe à un tout autre ordre de faits à sa gloire, il dit :

"Je connais un homme, il y a quatorze ans, (fut-ce avec son corps ? je ne le sais ; fut-ce sans son corps ? je ne le sais; Dieu le sait) qui fut ravi jusqu'au troisième ciel. Et je sais qu'il fut ravi dans le paradis; (fut-ce avec son corps ? je ne le sais; fut-ce sans son corps? je ne le sais) ; et il y entendit des paroles ineffables, qu'il n'est pas permis à un homme de rapporter. Je pourrais me glorifier en "parlant d'un tel homme, mais je ne me glorifierai pas de moi-même"

Ce fut là une grande révélation, mais ce ne fut pas la seule qu'il eut, il en reçut beaucoup d'autres encore; mais il n'en dit qu'une dans le grand nombre.

Ce qui prouve combien il en reçut, c'est ce qu'il dit : "De peur que la grandeur de mes révélations ne me donne de l'orgueil".

Mais, dira-t-on, s'il tenait à les cacher, il ne devait pas en parler à mots couverts, il n'avait qu'à ne rien dire de pareil ; s'il tenait à en parler, il devait en parler clairement. Pourquoi donc n'a-t-il ni parlé clairement, ni gardé le silence ?

C'est pour montrer que, même en parlant, il ne le fait qu'à contrecoeur. Voilà pourquoi il a fait la réflexion qu'il y avait, de ce fait, quatorze ans. Il ne l'a pas mentionné sans montrer qu'après avoir gardé le silence si longtemps, il n'en parle présentement, que parce qu'une impérieuse nécessité l'y oblige, qu'il continuerait encore à n'en rien dire, s'il ne voyait ses frères qui se perdent.

Or, si Paul, dès le début de sa carrière, méritait d'être honoré d'une telle révélation, lui qui n'avait pas encore fait paraître de si éminentes vertus, considérez ce qu'il dut devenir quatorze ans après.

Et voyez sa modestie à raconter certaines choses, à reconnaître qu'il en ignore d'autres.

Analyse d'audience