Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

Chapitre V versets 1 à 15

Jésus guérit un malade le jour du sabbat


Le Paralytique5,1 Après cela, il y eut une fête des Juifs et Jésus monta à Jérusalem.

2 Or il existe à Jérusalem, près de la Probatique, une piscine qui s'appelle en hébreu Bethesda et qui a cinq portiques.

3 Sous ces portiques gisaient une multitude d'infirmes, aveugles, boiteux, impotents, qui attendaient le bouillonnement de l'eau.

4 Car l'ange du Seigneur descendait par moments dans la piscine et agitait l'eau : le premier alors à y entrer, après que l'eau avait été agitée, se trouvait guéri, quel que fût son mal.

5 Il y avait là un homme qui était infirme depuis 38 ans.

6 Jésus, le voyant étendu et apprenant qu'il était dans cet état depuis longtemps déjà, lui dit : "Veux-tu guérir ?"

7 L'infirme lui répondit : "Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine, quand l'eau vient à être agitée ; et, le temps que j'y aille, un autre descend avant moi."

8 Jésus lui dit : "Lève-toi, prends ton grabat et marche."

9 Et aussitôt l'homme fut guéri ; il prit son grabat et il marchait. Or c'était le sabbat, ce jour-là.

10 Les Juifs dirent donc à celui qui venait d'être guéri : "C'est le sabbat. Il ne t'est pas permis de porter ton grabat."

11 Il leur répondit : "Celui qui m'a guéri m'a dit : Prends ton grabat et marche."

12 Ils lui demandèrent : "Quel est l'homme qui t'a dit : Prends ton grabat et marche ?"

13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était ; Jésus en effet avait disparu, car il y avait foule en ce lieu.

14 Après cela, Jésus le rencontre dans le Temple et lui dit : "Te voilà guéri ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive pire encore."

15 L'homme s'en fut révéler aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.

Commentaire patristique par saint Jean-Chrysostome

saint Jean Chrysostome La richesse spirituelle échappe à tous les périls

Quand nous avons dernièrement parlé du paralytique qui gisait dans son lit auprès de la piscine, nous avons trouvé un grand et magnifique trésor, non en creusant la terre, mais en examinant les sentiments de ce malade ; nous avons trouvé un trésor, non d'or, d'argent et de pierres précieuses, mais de force, de sagesse, de patience, d'espoir en Dieu : ce qui vaut mieux que l'or et la richesse. La richesse matérielle vous expose aux embûches des voleurs, à la langue des calomniateurs, aux attaques des brigands, aux crimes de vos propres esclaves, et si vous évitez tout cela, elle ne vous en causera pas moins les plus grands malheurs en attirant sur vous les regards de l'envie et vous suscitant mille tempêtes. La richesse spirituelle échappe à tous ces périls, nul accident ne peut l'atteindre dans la haute région où elle est placée, elle se rit des voleurs, des brigands, des envieux, des calomniateurs, et même de la mort. La mort ne la sépare pas de celui qui la possède; au contraire, c'est après la mort surtout qu'elle lui est assurée, qu'elle le suit, qu'elle habité avec lui dans la vie future, qu'elle plaide puissamment en sa faveur et lui rend le juge propice.

Commentaire patristique extrait des Odes de Salomon

L'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle (Jn 4,14)

Le Seigneur s'est fait mieux connaître. Il s'emploie à faire mieux connaître les dons reçus de sa grâce. Il nous a donné de louer son nom ; nos esprits chantent son Esprit Saint. Car un ruisseau a jailli ; il est devenu un torrent large et puissant (Ez 47,1s). Il a inondé et brisé l'univers et l'a emporté vers le Temple. Les obstacles des hommes n'ont pu l'arrêter, pas même l'artifice de ceux qui endiguent l'eau. Car il est venu sur toute la terre et l'a remplie entièrement.

Ils ont bu, tous les assoiffés de la terre ; leur soif a été étanchée, car le Très Haut a désaltéré les siens. Heureux les serviteurs à qui il a confié ses eaux ; ils ont pu y calmer leurs lèvres desséchées et redresser leur volonté paralysée. Les âmes mourantes ont été arrachées à la mort ; les membres épuisés ont été redressés et sont debout. Ils ont donné la force à leurs démarches et la lumière à leurs yeux. Tous les ont connus dans le Seigneur ; ils vivent par l'eau vivante pour l'éternité.

Odes de Salomon texte chrétien hébraïque du début du IIe siècle
N°6 tr. Hamman, coll. Ichtus 1957 I, p. 26 ; DDB 1981, p.2

Commentaire patristique par Saint Ephrem

La piscine du baptême nous donne la guérison

Descendez, frères, et dans les eaux du baptême revêtez l'Esprit Saint  ; unissez-vous aux êtres spirituels qui servent notre Dieu. Béni soit Celui qui a institué le baptême pour le pardon des enfants d'Adam !Cette eau est le feu secret qui marque son troupeau d'un signe,avec les trois noms spirituels qui épouvantent le Mauvais (cf Ap 3,12)...

Jean attesta de notre Sauveur : "Il vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu" (Mt 3,11). Voici ce feu et l'Esprit, mes frères, dans le baptême véritable. Car le baptême est plus puissant que le Jourdain, ce petit ruisseau ; il lave en ses flots d'eau et d'huile les péchés de tous les humains. Élisée, s'y prenant sept fois, avait purifié Naaman de sa lèpre (2R 5,10); le baptême, lui, nous purifie des péchés cachés en l'âme. Moïse avait baptisé le peuple dans la mer (1Co 10,2), sans pouvoir pourtant laver son cur au-dedans,souillé qu'il était par le péché. Maintenant voici un prêtre, semblable à Moïse, lavant l'âme de ses taches,et avec l'huile il marque d'un sceau les agneaux nouveaux pour le Royaume...

Par l'eau qui a coulé du rocher la soif du peuple a été calmée (Ex 17,15) ; voici, par le Christ et par sa fontaine, la soif des nations étanchée... Voici que du côté du Christ coule une source qui donne la vie (Jn 19,34) ; les peuples assoiffés y ont bu et en ont oublié leur peine. Verse ta rosée sur ma faiblesse, Seigneur ; par ton sang pardonne mes péchés. Que je sois ajouté au nombre de tes saints, à ta droite.

Saint Ephrem (vers 306-373)
5e hymne pour l'Epiphanie (trad. cf coll. Spiritualité Orientale 70, Bellefontaine 1997, p. 49)
Retour à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"