Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Chapitre XV versets 11 à 32

Le Fils prodigue et le Fils fidèle

icône du Fils prodigue11 Il dit encore : "Un homme avait deux fils.

12 Le plus jeune dit à son père : Père, donne-moi la part de fortune qui me revient. Et le père leur partagea son bien.

13 Peu de jours après, rassemblant tout son avoir, le plus jeune fils partit pour un pays lointain et y dissipa son bien en vivant dans l'inconduite.

14 "Quand il eut tout dépensé, une famine sévère survint en cette contrée et il commença à sentir la privation.

15 Il alla se mettre au service d'un des habitants de cette contrée, qui l'envoya dans ses champs garder les cochons (1)

16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les cochons, et personne ne lui en donnait.

17 Rentrant alors en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires de mon père ont du pain en surabondance, et moi je suis ici à périr de faim  !

18 Je veux partir, aller vers mon père et lui dire : Père, j'ai péché contre le Ciel et envers toi ;

19 je ne mérite plus d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes mercenaires.

20 Il partit donc et s'en alla vers son père. "Tandis qu'il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié ; il courut se jeter à son cou et l'embrassa tendrement.

21 Le fils alors lui dit : Père, j'ai péché contre le Ciel (2) et envers toi, je ne mérite plus d'être appelé ton fils.

22 Mais le père dit à ses serviteurs : Vite, apportez la plus belle robe et l'en revêtez, mettez-lui un anneau au doigt et des chaussures aux pieds.

23 Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons,

24 car mon fils que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé  ! Et ils se mirent à festoyer.

25 "Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il fut près de la maison, il entendit de la musique et des dansesr.

26 Appelant un des serviteurs, il s'enquérait de ce que cela pouvait bien être.

27 Celui-ci lui dit : "C'est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu'il l'a recouvré en bonne santé".

28 Il se mit alors en colère, et il refusait d'entrer. Son père sortit l'en prier.

29 Mais il répondit à son père : "Voilà tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé un seul de tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau, à moi, pour festoyer avec mes amis ;

30 et puis ton fils que voici revient-il, après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu fais tuer pour lui le veau gras  !"

31 Mais le père lui dit : "Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.

32 Mais il fallait bien festoyer et se réjouir, puisque ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé  !"

Notes

(1) Humiliation d'autant plus forte que Lev 11,7 interdit aux enfants d'Israël d'élever des cochons.

(2) "Le Ciel" pour Dieu est dans Jn 3,27 ; Mt 21,25 ; Mc 3,18, etc.

Saint Ambroise de Milan Commentaire patristique par Saint Ambroise de Milan (340-397)

Dieu à la recherche de l’homme égaré

Comme la faiblesse des hommes ne sait pas garder une démarche ferme en ce monde glissant, le bon médecin te montre les remèdes contre l'égarement, et le juge miséricordieux ne refuse pas l'espoir du pardon. Ce
n'est pas sans motif que saint Luc a proposé trois paraboles à la suite : la brebis qui s'était égarée et qui a été retrouvée, la pièce d'argent qui était perdue et que l'on a retrouvée, le fils qui était mort et qui est revenu à la vie. C’est pour que ce triple remède nous engage à soigner nos blessures... La brebis fatiguée est ramenée par le pasteur ; la pièce égarée est retrouvée ; le fils rebrousse chemin et revient vers son père dans le repentir de son égarement...

Réjouissons-nous donc de ce que cette brebis qui s'était égarée en Adam soit relevée dans le Christ. Les épaules du Christ sont les bras de la croix ; c'est là que j'ai déposé mes péchés, c'est sur ce gibet que j'ai trouvé mon repos. Cette brebis est unique dans sa nature, mais non dans ses personnes, car nous tous nous formons un seul corps, mais nous sommes beaucoup de membres. C'est pourquoi il est écrit : "Vous êtes le corps du Christ et membres de ses membres" (1Co 2,27). "Le Fils de l'homme est venu pour sauver ce qui était perdu" (Lc 19,10), c'est-à-dire tous les hommes puisque "tous meurent en Adam de même que tous revivent dans le Christ" (1Co 15,22)...

Il n'est pas non plus indifférent que cette femme se réjouisse d'avoir retrouvé la pièce de monnaie : ce n'est pas peu que cette monnaie où figure l'image d'un prince. De la même façon l'image du Roi est le bien de l'Église. Nous sommes des brebis : prions donc le Seigneur de nous conduire à l'eau du repos (Ps 22,2). Nous sommes des brebis : demandons les
pâturages. Nous sommes la pièce de monnaie : gardons notre valeur. Nous sommes fils : courons au Père.

(trad. Bouchet, Lectionnaire, p. 370 ; cf. SC 52, p.87)

Analyse d'audience