Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint LucSaint Luc


Chapitre XVIII versets 35 à 43 (Mt 20,29-34 ; Mc 10,23-27 )

L'Aveugle de Jéricho

L'Aveugle de Jéricho35 Alors qu'il approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin et mendiait.

36 Entendant une foule marcher, il s'enquérait de ce que cela pouvait être.

37 On lui annonça que c'était Jésus de Nazareth qui passait.

38 Alors il s'écria : "Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !"

39 Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire, mais lui criait de plus belle : "Fils de David, aie pitié de moi !"

40 Jésus s'arrêta et ordonna de le lui amener. Quand il fut près, il lui demanda :

41 "Que veux-tu que je fasse pour toi" — "Seigneur, dit-il, que je recouvre la vue !"

42 Jésus lui dit : "Recouvre la vue ; ta foi t'a sauvé."

43 Et à l'instant même il recouvra la vue, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, célébra les louanges de Dieu.

Saint Syméon le Nouveau Théologien Prière de saint Syméon le Nouveau Théologien (v. 949-1022)

"Fils de David, aie pitié de moi"
Tu as appris, mon ami, que le Royaume des cieux est au-dedans de toi, si tu le veux, et que tous les biens éternels sont dans tes mains. Hâte-toi donc de voir, de saisir et d'obtenir en toi ces biens tenus en réserve pour toi… Crie vers Dieu ; prosterne-toi.
Comme l'aveugle autrefois, dis maintenant toi aussi :
"Aie pitié de moi, Fils de Dieu, et ouvre les yeux de mon âme, afin que je voie la Lumière du monde que tu es, toi mon Dieu, et que je devienne moi aussi enfant de cette lumière divine.
Toi qui es bon et généreux, envoie l’Esprit Saint, le Consolateur, sur moi aussi afin qu'il m'enseigne tout ce qui te concerne, tout ce qui est à toi, Dieu de l'univers.
Demeure en moi aussi, comme tu l'as dit, afin que je devienne à mon tour digne de demeurer en toi.
Donne-moi de savoir entrer en toi et de savoir que je te possède en moi.
Toi qui es invisible, daigne prendre forme en moi, afin qu'en voyant ta beauté inaccessible, je porte ton image, toi qui es aux cieux, et que j'oublie toutes les choses visibles.
Donne-moi la gloire que le Père t'a donnée, toi le miséricordieux, afin que, semblable à toi comme tous tes serviteurs, je partage ta vie divine selon la grâce et que je sois avec toi continuellement, maintenant et toujours et pour les siècles sans fin".

(Références bibliques : Lc 17,21; Jn 8,12; Jn 12,36; Jn 14,26; Jn 15,4; Jn 17,22)

Syméon le Nouveau Théologien (v. 949-1022)
Éthique 5 (trad. Cerf 1979, p. 95 rev.)

Saint Ephrem le SyrienCommentaire patristique par saint Ephrem le Syrien

La lumière est venue dans le monde pour donner la vue aux aveugles et la foi à ceux qui n'en ont pas. Lorsqu'elle arriva près de l'aveugle, celui-ci cria et dit : "Jésus, fils de David, aie pitié de moi" [1].

Ô heureux mendiant, qui étendait la main pour recevoir l'aumône des hommes, et qui fut trouvé digne de recevoir le don de Dieu : Fils de David, aie pitié de moi [2]!

Il a bien compris que Jésus était fils de David, ce David qui épargna les aveugles et les boiteux des Jébuséens. [3]

Que lui répondit-il ? Vois, ta foi t'a sauvé [4].

Il ne lui a pas dit : "c'est ta foi qui t'a fait voir", pour bien montrer que la foi lui avait d'abord donné le salut, et ensuite la vue corporelle. Ils empêchaient cet aveugle de venir à Jésus, et c'est pourquoi il intensifia ses cris"[5].

Comme il demandait qui c'était, ils lui dirent: Jésus le Nazaréen [6].

Il comprit qu'ils ne lui disaient pas cela avec amour ; il ne se rangea pas du côté des ennemis, mais bien de celui des amis : "Fils de David, aie pitié de moi." Et ils l'empêchaient, de peur que ses yeux ne s'ouvrent, que les Pharisiens le sachent et qu'ils ne soient déconcertés. Un aveugle se tenait assis près de la foule, et son nom était Timée, fils de Timée, et il abandonna son manteau et il vint [7].

Quand Notre-Seigneur vit que les yeux de son cœur étaient bien ouverts et les yeux de son corps aveugles, il éclaira les yeux du corps comme ceux du cœur, afin que, lorsque l'aveugle voudrait encore accourir à lui, il vît clairement son Sauveur.

Ephrem le Syrien

Notes
[1] Lc 18,38; Mc 10,47. [2] Mc 10, 47. [3] cf 2 Sam 5,6-8. [4] Lc 18, 42. [5] Mc 10, 48. [6] cf Lc 18, 36-37; Mc 10, 47. [7] Mc 10, 46 et 50.

Analyse d'audience