Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

Marc
Chapitre X verset 32 à 45 (Mt 20,17-19  ; Lc 18,31-33)

Jésus annonce sa Passion pour la troisième fois

32 Ils étaient en route, montant à Jérusalem ; et Jésus marchait devant eux, et ils étaient dans la stupeur, et ceux qui suivaient étaient effrayés. Prenant de nouveau les Douze avec lui, il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver :

33 "Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens,

34 ils le bafoueront, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et après trois jours il ressuscitera."

35 Jacques et Jean, les fils de Zébédée, avancent vers lui et lui disent : "Maître, nous voulons que tu fasses pour nous ce que nous allons te demander."

36 Il leur dit : "Que voulez-vous que je fasse pour vous ?".

37 "Accorde-nous, lui dirent-ils, de siéger, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, dans ta gloire."

38 Jésus leur dit : "Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire et être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ?"

39 Ils lui dirent : "Nous le pouvons." Jésus leur dit : "La coupe que je vais boire, vous la boirez, et le baptême dont je vais être baptisé, vous en serez baptisés ;

40 quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m'appartient pas de l'accorder, mais c'est pour ceux à qui cela a été destiné."

41 Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s'indigner contre Jacques et Jean.

42 Les ayant appelés près de lui, Jésus leur dit : "Vous savez que ceux qu'on regarde comme les chefs des nations dominent sur elles en maîtres et que les grands leur font sentir leur pouvoir.

43 Il ne doit pas en être ainsi parmi vous : au contraire, celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur,

44 et celui qui voudra être le premier parmi vous, sera l'esclave de tous.

45 Aussi bien, le Fils de l'homme lui-même n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude."

Saint EphremCommentaire patristique par saint Ephrem le Syrien (v. 306-373),

"Le Fils de l'homme est venu...pour donner sa vie "

"Si c'est possible, que cette coupe s'éloigne de moi " (Mt 26,39). Pourquoi as-tu repris Simon-Pierre qui disait : "Que cela ne t'arrive pas, Seigneur !" (Mt 16,22), toi qui dis maintenant : "Si c'est possible, que cette coupe s'éloigne de moi " ? Il savait bien ce qu'il disait à son Père, et qu'il était possible que cette coupe s'éloigne, mais il était venu la boire pour tous, afin d'acquitter par cette coupe la dette que la mort des prophètes et des martyrs ne pouvait pas payer... Celui qui avait décrit sa mise à mort dans les prophètes et qui avait préfiguré le mystère de sa mort par les justes, lorsque le temps est venu de consommer cette mort, il n'a pas refusé de la boire. S'il n'avait pas voulu la boire, mais la repousser, il n'aurait pas comparé son corps au Temple dans cette parole : "Détruisez ce Temple et, le troisième jour, je le relèverai" (Jn 2,19) ; il n'aurait pas dit aux fils de Zébédée : "Pouvez-vous boire à la coupe que je boirai ?" et encore : "Il y a pour moi un baptême dont je dois être baptisé" (Lc 12,50)...

"Si c'est possible, que cette coupe s'éloigne de moi." Il dit cela à cause de la faiblesse qu'il avait revêtue non en faisant semblant mais réellement. Puisqu'il s'était fait petit et avait réellement revêtu notre faiblesse, il devait craindre et être ébranlé dans sa faiblesse. Ayant pris chair, ayant revêtu la faiblesse, mangeant quand il avait faim, fatigué par le travail, vaincu par le sommeil, il fallait que soit accompli tout ce qui relève de la chair lorsque le temps de sa mort est venu...

Pour apporter par sa Passion le réconfort à ses disciples, Jésus ressenti ce qu'ils ressentent. Il a pris en lui leur peur afin de leur montrer, par la ressemblance de son âme, qu'il ne faut pas se vanter au sujet de la mort avant de l'avoir subie. Si, en effet, celui qui ne craint rien a eu peur et a demandé d'être délivré alors qu'il savait que c'était impossible, combien plus faut-il que les autres persévèrent dans la prière avant la tentation afin d'en être délivrés lorsqu'elle se présentera... Pour donner courage à ceux qui craignent la mort, il n'a pas caché sa propre crainte, afin qu'ils sachent que cette peur ne les mène pas au péché, du moment qu'ils ne demeurent pas en elle. "Non, Père, dit Jésus, mais que ta volonté soit faite" : que je meure pour donner la vie à une multitude.

Extrait du Diatessaron, 20, 2-7 (SC 121, p. 344s)
Analyse d'audience