Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu

Chapitre III versets 13 à 17

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé. »

Mathieu Théophanie3,13 Alors Jésus, arrivant de Galilée, paraît sur les bords du Jourdain, et il vient à Jean pour se faire baptiser par lui.

14 Jean voulait l'en empêcher et disait : « C'est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c'est toi qui viens à moi ! »

15 Mais Jésus lui répondit : « Pour le moment, laisse-moi faire ; c'est de cette façon que nous devons accomplir parfaitement ce qui est juste. » Alors Jean le laisse faire.

16 Dès que Jésus fut baptisé, il sortit de l'eau ; voici que les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.

17 Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour. »

Commentaire patristique par saint Cyrille de JérusalemSaint Cyrille de Jérusalem

Crois en Jésus Christ, Fils du Dieu vivant, mais selon l'Évangile, fils unique : "Dieu a tant aimé le monde qu'il lui a donné son Fils unique, afin que celui qui croit en lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle" (Jn 3,16)…

Il est le Fils de Dieu par nature et non par adoption, puisqu'il est né du Père… Car le Père, étant Dieu véritable, a engendré le Fils semblable à lui-même, Dieu véritable… Le Christ est fils par nature, un vrai fils, non pas un fils adoptif comme vous, les nouveaux baptisés, qui maintenant devenez enfants de Dieu. Car vous devenez vous aussi fils, mais par adoption, selon la grâce, comme il est écrit : "Tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom…" (Jn 1,12). Nous, nous sommes engendrés de l'eau et de l'esprit (Jn 3,5), mais ce n'est pas de la même manière que le Christ a été engendré du Père. Car au moment du baptême ce dernier élève la voix et dit : "Celui-ci est mon Fils". Il ne dit pas : "Celui-ci maintenant est devenu mon Fils" mais : "Celui-ci est mon Fils", pour montrer qu'avant même l'action de son baptême il était Fils.

Le Père a engendré le Fils autrement que, chez les hommes, l'esprit engendre la parole. Car l'esprit en nous subsiste, tandis que la parole, une fois prononcée et diffusée dans l'air, s'évanouit. Mais nous savons que le Christ a été engendré Verbe, Parole non pas proférée mais parole subsistante et vivante, non pas prononcée et sortie de lèvres mais née du Père éternellement, de manière substantielle et ineffable. Car "au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était près de Dieu, et le Verbe était Dieu" (Jn 1,1), siégeant à sa droite (Ps 109,1). Il est la Parole qui comprend la volonté du Père et produit toutes choses par son ordre, Parole qui descend et qui remonte (Ep 4,10)…, Parole qui parle et dit : "Ce que j'ai vu chez mon Père, voilà ce que je dis » (Jn
8,38). Parole pleine d'autorité (Mc 1,27) et qui régit tout, car "le Père a tout remis au Fils" (Jn 3,35)

Grégoire de NazianzeHomélie de saint Grégoire de Nazianze

Je ne peux contenir ma joie, mon esprit exulte et tressaille. Je me sens presque emporté par l'ardeur de Jean pour annoncer la Bonne Nouvelle : Le Christ est illuminé, resplendissons avec lui.

Le Christ est baptisé, descendons avec lui pour pouvoir, avec lui, remonter nous aussi. Jean baptise, Jésus s'avance : il vient sanctifier le Baptiste. Lui qui était esprit et chair, il voulait achever l'homme par l'Esprit et par l'Eau. Le Baptiste refuse et Jésus insiste. La lampe dit au Soleil, la voix au Verbe, l'ami à l'Epoux: "C'est moi qui devrais être baptisé par toi".

Jésus répond: "Laisse donc. Ceci s'accomplit pour réaliser en toute sagesse le dessein de Dieu". Jésus remonte de l'eau et il voit les cieux ouverts. Et l'Esprit témoigne de la divinité du Christ ; il accourt vers son semblable; et une voix descend du ciel, la forme d'une colombe se rend visible aux yeux de la chair, et honore ainsi la chair même devenue divine, identifiée à Dieu. Bien des siècles auparavant, une colombe est venue annoncer la bonne nouvelle de la fin du déluge. Rien n'est plus agréable à Dieu que le salut des hommes.

Il en sera ainsi si vous êtes comme une lumière dans le monde, comme une force vitale pour les autres hommes, et comme de petites lumières autour du Christ.

Analyse d'audience