Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu

Mathieu
Chapitre 4 versets 12 à 17 (Lc 4,14-22 Mc 1,14-15)

Jésus se fixe à Capharnaüm et inaugure sa prédication

La Théophanie12 Ayant appris que Jean avait été livré, Jésus se retira en Galilée

13 et, laissant Nazara, vint s'établir à Capharnaüm, au bord de la mer, sur les confins des pays de Zabulon et de Nephtali,

14 pour que s'accomplît l'oracle d'Isaïe le prophète (1) :

15 Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer, pays de Transjordanie, Galilée des nations !

16 Le peuple qui demeurait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; sur ceux qui demeuraient dans la région sombre de la mort, une lumière s'est levée. (2)

17 Dès lors Jésus se mit à prêcher et à dire : "Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche."

Notes
(1) Ce passage d'Isaïe 8,23-9,1 fait allusion à la délivrance des tribus du Nord après les événements de 734 (2e livre des Rois 15)
(2) Dans la tradition de l'Église latine ce péricope vétéro-testamentaire est associé à la Fête de la Nativité.

Romanos le MélodeCommentaire patristique par saint Romanos le Mélode (†560]

"On lui amena tous ceux qui souffraient"

Levons tous les yeux vers le Seigneur qui est aux cieux, en nous écriant comme le prophète : "Celui qui a été vu sur la terre, celui-là est notre Dieu qui, par un effet de sa volonté, a conversé avec les hommes" (Ba 3,38)... Celui qui s'est montré aux prophètes sous diverses apparences, celui qu'Ézéchiel a contemplé sous un aspect d'homme sur un char de feu (1,26), et que Daniel a vu Fils d'homme et Ancien des jours, vieux et jeune à la fois (7,9.13), proclamant en lui un seul Seigneur, c'est lui qui est apparu et qui a tout illuminé.

Il a dissipé la nuit sinistre ; grâce à lui tout est midi. Sur le monde a resplendi la lumière sans soir, Jésus notre sauveur. Le pays de Zabulon est dans l'abondance et imite le paradis, car "le torrent des délices l'abreuve" (Ps 35,9) et sourd en lui un courant d'eau toujours vive... Dans la Galilée nous contemplons "la source d'eau vive" (v. 10), celui qui est apparu et qui a tout illuminé.

Moi aussi, je te verrai donc, Jésus, illuminer mon esprit et dire à mes pensées : "Vous qui avez toujours soif, venez à moi et buvez" (Jn 7,37). Arrose ce cœur humilié que ma course errante a brisé. Elle l'a consumé de faim et de soif : faim non de nourriture, soif non de boisson, mais d'écouter la parole de l'Esprit (Am 8,11)... C'est pourquoi il gémit tout bas, en attendant ton jugement, toi qui es apparu et qui as tout illuminé...

Donne-moi un signe clair, purifie mes fautes cachées, car mes blessures secrètes me minent... Je tombe à tes genoux, Sauveur, comme la femme avec des pertes de sang. Moi aussi, je saisis ta frange en disant : "Si seulement j'arrive à la toucher, je serai sauvé" (Mc 5,28). Ne rends pas vaine ma foi, toi le médecin des âmes...; je te trouverai pour mon salut, toi qui es apparu et qui as tout illuminé.

Commentaire patristique par Philoxène de Mabboug († 523)

"Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent"

De même que l'œil sain et pur reçoit le rayon lumineux qui lui est envoyé, ainsi l'œil de la foi, avec la pupille de la simplicité, reconnaît la voix de Dieu aussitôt que l'homme l'entend. La lumière émanant de sa parole se lève en lui, il se lance joyeusement au-devant d'elle et il la reçoit, comme l'a dit notre Seigneur dans son Évangile : "Mes brebis entendent ma voix et elles me suivent" (Jn 10,27)...       

C'est avec cette pureté et cette simplicité que les apôtres ont suivi la parole du Christ. Le monde n'a pas pu les empêcher, ni les habitudes humaines les retenir, ni aucun des biens qui passent pour être quelque chose dans le monde les entraver. Ces âmes avaient senti Dieu et vivaient de la foi, et chez de telles âmes, rien dans le monde ne peut l'emporter sur la parole de Dieu. Celle-ci est faible dans les âmes mortes ; c'est parce que l'âme est morte que, de puissante, la Parole devient faible et que l'enseignement de Dieu, de valide, devient sans force chez elles. Car toute l'activité de l'homme se porte là où il vit ; celui qui vit pour le monde met au service du monde ses pensées et ses sens, tandis que celui qui vit pour Dieu se tourne vers ses commandements puissants dans toutes ses actions.     

Tous ceux qui ont été appelés ont obéi sur-le-champ à la voix qui les appelait lorsque le poids de l'amour des choses terrestres n'était pas suspendu à leur âme. Car les liens du monde sont un poids pour l'intelligence et les pensées, et ceux qui en sont liés et entravés entendent difficilement la voix de Dieu qui les appelle. Mais les apôtres et, avant eux, les justes et les pères n'étaient pas ainsi ; ils ont obéi comme des vivants, et ils sont sortis légers, parce que rien du monde ne les liait de son poids. Rien ne peut lier et entraver l'âme qui sent Dieu ; elle est ouverte et prête, en sorte que la lumière de la voix divine la trouve en état de la recevoir chaque fois qu'elle vient.

Analyse d'audience