Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Mathieu Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu

Chapitre VIII versets 5 à 13

Jésus guérit l'enfant* d'un centurion romain

Centurion8 5 Comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion l'aborda et lui fit

6 cette prière : "Seigneur, mon serviteur est couché dans ma maison, paralysé, et il souffre cruellement."

7 Il lui dit : "Je vais aller le guérir."

8 Le centurion reprit : "Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit ; mais dites seulement un mot, et mon serviteur sera guéri.

9 Car moi qui suis sous des chefs, j'ai des soldats sous mes ordres, et je dis à l'un : "Va," et il va ; et à un autre : "Viens," et il vient ; et à mon serviteur : "Fais ceci," et il le fait. "

10 Ce qu'entendant, Jésus fut dans l'admiration, et il dit à ceux qui le suivaient : "Je vous le dis en vérité : dans Israël, chez personne je n'ai trouvé une si grande foi.

11 Or je vous le dis : beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident, et prendront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux,

12 tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures : là seront les pleurs et le grincement de dents."

13 Et Jésus dit au centurion : "Va, et qu'il te soit fait selon ta foi!" Et à l'heure même le serviteur se trouva guéri.

* ou le serviteur : cf Homélie du père Boris de 2002.

Commentaire patristique par saint Jean Chrysostome

saint Jean ChrysostomeLe lépreux approcha de Jésus lorsqu’il descendait de la montagne, et ce centurion vient à lui lorsqu’il entrait à Capharnaüm. Pourquoi ni l’un ni l’autre ne l’allait-il point trouver lorsqu’il parlait sur cette montagne ? Ce n’était point sans doute par négligence ou par paresse, puisque l’un et l’autre avaient une fois si vive, mais seulement de peur d’interrompre son discours. "Seigneur, mon serviteur est malade de paralysie dans ma maison, et il est extrêmement tourmenté."
Quelques-uns disent que le centurion disait ceci pour s’excuser de ce qu’il n’avait pas amené son serviteur. Et il était en effet très difficile de transporter une personne en cet état, puisque, selon que saint Luc le remarque, il était tout près de mourir. Mais pour moi je crois que ces paroles sont une preuve de sa grande foi, que je préfère de beaucoup à la foi de ceux qui découvrirent le toit pour descendre un paralytique, et le présenter à Jésus. Ce centurion ne douta point qu’une seule parole de la bouche de Jésus pouvait guérir son serviteur. Et il crut qu’il était superflu de le lui présenter en personne.

Mais que fit ici le Sauveur ? "Jésus lui dit : J’irai et le guérirai."

Jésus fait ici ce qu’on ne voit pas qu’il ait fait ailleurs. Il se contentait toujours de suivre le désir de ceux qui s’adressaient à lui : mais ici il va même au delà. Il ne promet pas seulement au centurion de guérir son serviteur, mais encore d’aller chez lui, Il agissait de la sorte, mes frères, pour nous faire voir quelle était la foi de ce centurion.

 

Analyse d'audience