Site de la Crypte

seraphin

Évangile du jour

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Mathieu Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu

Chapitre XXV versets 31 à 46

Le Jugement dernier

Jugement dernier31 "Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, escorté de tous les anges, alors il prendra place sur son trône de gloire.

32 Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs.

33 Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.

34 Alors le Roi dira à ceux de droite : Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde.

35 Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli,

36 J'étais nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir.

37 Alors les justes lui répondront : Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer,

38 étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir,

39 malade ou prisonnier et de venir te voir ?

40 Et le Roi leur fera cette réponse : En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.

41 Alors il dira encore à ceux de gauche : Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges.

42 Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire,

43 j'étais un étranger et vous ne m'avez pas accueilli, nu et vous ne m'avez pas vêtu, malade et prisonnier et vous ne m'avez pas visité.

44 Alors ceux-ci lui demanderont à leur tour : Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou prisonnier, et de ne te point secourir ?

45 Alors il leur répondra : En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait.

46 Et ils s'en iront, ceux-ci à une peine éternelle, et les justes à une vie éternelle".

Saint Nicolas CabasilasCommentaire patristique par saint Nicolas Cabasilas

« Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde »
« Après nous avoir lavés de nos péchés lui-même, le Christ s'est assis à la droite de la Majesté divine dans les cieux » (He 1,3)… C'est donc pour nous servir qu'il est venu, de chez son Père, dans le monde. Et voici le comble : ce n'est pas seulement au moment où il apparaît sur terre revêtu de l'infirmité humaine qu'il se présente sous la forme de l'esclave et cache sa qualité de maître, mais plus tard aussi, au jour où il viendra dans toute sa puissance et paraîtra dans toute la gloire de son Père, lors de sa manifestation. Lors de son règne, est-il dit, « Il prendra la tenue de service, invitera ses serviteurs à se mettre à table et il les servira chacun à son tour » (Lc 12,37). Voilà celui par qui règnent les souverains et gouvernent les princes  !

C'est ainsi qu'il exercera sa royauté vraie et sans reproche… ; c'est ainsi qu'il entraîne ceux qu'il a soumis à son pouvoir : plus aimable qu'un ami, plus équitable qu'un prince, plus tendre qu'un père, plus intime que les membres, plus indispensable que le cœur. Il ne s'impose pas par la crainte, il n'asservit pas par un salaire. En lui seul il trouve la force de son pouvoir, par lui seul il s'attache ses sujets. Car régner par la crainte ou en vue d'un salaire, ce n'est pas gouverner par soi-même, mais par l'espoir d'un gain ou par menace…

Il faut que le Christ règne dans le sens propre de ce mot ; toute autre autorité est indigne de lui. Il a su y parvenir par un moyen extraordinaire… : pour devenir le vrai Maître, il embrasse la condition de l'esclave et se fait le serviteur des esclaves, jusqu'à la croix et la mort ; c'est ainsi qu'il ravit l'âme des esclaves et s'empare directement de leur volonté. Sachant que c'est là le secret de cette royauté, Paul écrit : « Il s'est abaissé lui-même, devenant obéissant jusqu'à la mort, la mort sur une croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé » (Ph 2,8-9)… Par la première création, le Christ est maître de la nature ; par la nouvelle création, il s'est rendu maître de notre volonté… C'est pourquoi il dit : « Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre » (Mt 28,18).

Cyprien de Carthage Commentaire patristique par saint Cyprien de Carthage

« Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra » (Jn 11, 25)

Nous ne devons pas pleurer nos frères que l'appel du Seigneur a retirés de ce monde, puisque nous savons qu'ils ne sont pas perdus mais
partis avant nous : ils nous ont quittés comme des voyageurs, des navigateurs, pour nous précéder. Nous devons donc les envier au lieu de les pleurer, et ne pas nous vêtir ici-bas de sombres vêtements alors qu'ils ont revêtu là-haut des robes blanches. Ne donnons pas aux païens l'occasion de nous reprocher avec raison de nous lamenter sur ceux que nous déclarons vivants auprès de Dieu, comme s'ils étaient anéantis et perdus. Nous trahissons notre espérance et notre foi si ce que nous disons paraît feinte et mensonge. Il ne sert à rien d'affirmer son courage en parole et d'en détruire la vérité par les faits.

Lorsque nous mourons, nous passons par la mort à l'immortalité ; et la vie éternelle ne peut être donnée que si nous sortons de ce monde. Ce n'est pas là un point final mais un passage. Au terme de notre voyage dans le temps, c'est notre passage dans l'éternité. Qui ne se hâterait vers un plus grand bien ? Qui ne désirerait être changé et transformé à l'image du Christ ?

Notre patrie, c'est le ciel… Là un grand nombre d'êtres chers nous attend, une immense foule de parents, de frères et de fils nous désire ; assurés désormais de leur salut, ils pensent au nôtre… Hâtons-nous d'arriver à eux, souhaitons ardemment d'être vite auprès d'eux et d'être vite auprès du Christ.

Analyse d'audience