Site de la Crypte

seraphin

Homélies

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

La vénération de saint Jean le Baptiste, prophète et Précurseur, et son martyre

Le PrécurseurAu Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit.

Pourquoi l'Église a-t-elle une si grande vénération pour saint Jean le Baptiste, établissant même un jour de jeûne strict en son honneur?

Voici dix raisons :

1. Notre Seigneur Lui-même a dit que saint Jean était le plus grand des prophètes "parmi ceux nés d'une femme" (Lc 7,28). Entendant cette phrase, certains sont surpris. Ils demandent : n'est-ce pas plutôt le Christ Lui-même qui est le plus grand de ceux nés d'une femme? Cependant, le Christ n'était pas né d'une femme, à savoir une femme mariée, mais d'une Vierge. Dès lors, en obéissance aux paroles de notre Seigneur, disant que saint Jean est le plus grand d'entre ceux nés d'une femme, l'Église l'honore comme il convient. De fait, il n'y a pas moins de 6 fêtes de saint Jean dans l'année ecclésiale. La première, c'est sa Conception, le 23 septembre. Puis sa commémoration le 7 janvier, le lendemain de la Fête de la Théophanie, le Baptême du Christ. La troisième, c'est la seconde découverte de son chef le 24 février. La suivante, c'est la 3ème découverte de son chef, le 25 mai. La 5ème, c'est sa naissance ou nativité, le 24 juin, et enfin, la fête de ce jour, la dernière dans l'année ecclésiale, sa décollation, le 29 août.

2. Les parents de saint Jean étaient eux-mêmes de grandes et saintes personnes, et leur enfant était un don reçu dans leurs vieilles années, une réponse à la prière qu'ils avaient élevée. Son père était saint Zacharie, prophète, prêtre et martyr. Sa mère, sainte Élisabeth, était la soeur de sainte Anne, donc la tante de la Mère de Dieu. Cette relation entre la Mère de Dieu et son parent, saint Jean, se trouve exprimée dans l'Icône qui pend au dessus des portes saintes dans toute église Orthodoxe. Elle montre au centre le Christ, la Mère de Dieu à Sa droite, et saint Jean le Baptiste à Sa gauche. Cette Icône est appelée la Déisis, et elle signifie à quel point notre Salut n'est pas seulement lié à notre Sauveur, mais aussi à Sa sainte Mère et à saint Jean.

3. Pour cette raison, saint Jean, saint Jean a reçu le titre spécial de "Précurseur," ou "Prodromos" en grec, qui est devenu d'ailleurs un prénom Chrétien commun pour les Grecs. Saint Jean seul peut prétendre à être le Précurseur du Christ, et dès lors le pionnier de notre Foi. Dès lors, comment pourrions-nous manquer de lui rendre un honneur tout particulier?

4. Le saint Précurseur a aussi reçu le titre de "prophète." En fait, on peut dire qu'il a été le dernier prophète de l'Ancien Testament. Comme vous vous en souviendrez sûrement, les 17 derniers livres de l'Ancien Testament sont des livres de prophètes, depuis celui de saint Isaïe jusqu'à celui de saint Malachie. De la sorte, on peut aussi dire que saint Jean est le premier prophète du Nouveau Testament. Dès lors, saint Jean peut être considéré comme une charnière, qui relie l'Ancien au Nouveau Testament. Nous remarquons aussi que non seulement le premier prophète du Nouveau Testament était saint Jean, mais le dernier prophète du Nouveau Testament s'appelait aussi Jean. C'était saint Jean le Théologien, celui qui a écrit le dernier livre du Nouveau Testament et son unique livre prophétique, l'Apocalypse.

5. Saint Jean le Baptiste, le premier prophète du Nouveau Testament, fut aussi le premier martyr pendant la prédication publique du Christ, quelque 3 ans avant le saint diacre Étienne, qui fut le premier martyr après l'Ascension du Christ.

6. On peut aussi dire que saint Jean le Baptiste fut le premier moine, et c'est pour cette raison qu'il est le saint patron des moines et de la vie monastique. C'est bien la signification du premier Évangile de ce jour, dans lequel notre Seigneur dit au jeune homme qui souhaite Le suivre, de tout d'abord obéir aux Commandements, et ensuite d'abandonner toutes ses richesses. C'est ainsi que saint Antoine le Grand décida de partir au désert, après avoir entendu ce même Évangile, et imitant de la sorte saint Jean le Baptiste.
Nous nous souvenons de l'importance de la vie monastique dans l'Église Orthodoxe. Le monachisme est le baromètre de l'Église. Quand la vie monastique est florissante, toute l'Église l'est aussi. Quand la vie monastique est affaiblie, toute l'Église est faible. Et saint Jean est à la tête de cela.

7. Le premier pas vers la vie monastique, et en fait vers la vie Chrétienne en général, c'est la repentance. Et c'est bien la première parole lancée par saint Jean. C'est ainsi qu'il est grand, car il prêche la repentance. La repentance est la lettre A de l'alphabet Chrétien Orthodoxe. Elle est la marque de la vérité, la marque de la sobriété, l'absence d'état exalté, le sens de la réalité. Ainsi, les premiers disciples de saint Jean, André et Pierre, furent aussi les premiers disciples du Christ. Et nous ne devrions pas oublier que saint Jean prêcha la repentance sur terre, mais pas seulement, car il la prêcha aussi dans l'Hadès. Après sa décapitation, saint Jean descendit dans l'Hadès, où toute l'humanité défunte se trouvait captive, et là il prêcha à toutes les générations, depuis Adam et Ève, parlant de l'imminence de la venue du Christ, endéans les 3 ans.

8. Le premier pas dans la vie monastique, c'est l'obéissance. On peut voir cette obéissance dans la prière et le jeûne de saint Jean. Il priait au désert, et mangeait miel et sauterelles, vêtu d'une tunique en poils de chameau. Il était servi par les Anges. C'est pourquoi dans l'Église, on l'appelle "un homme céleste et un ange dans la chair." Son obéissance se remarque à son acceptation de baptiser le Fils de Dieu, Celui dont, selon ses propres paroles, il n'était pas digne de délier la courroie des sandales.

9. Le second pas dans la vie monastique, c'est la pauvreté, non seulement en termes financiers, mais aussi en termes de pouvoir. Saint Jean dénonça sans crainte le pouvoir dont on abusait, qui était utilisé pour faire le mal. C'est la signification du second Évangile de ce jour, l'Évangile selon saint Jean. Cet Évangile nous dit comment saint Jean dénonça Hérode Antipas, le fils de cet Hérode qui avait massacrer les saints Innocents quelque 30 ans auparavant à Bethléem, cet Hérode qui, à l'époque de la prédication de saint Jean, était le chef de la Gallilée.

10. Et enfin, saint Jean est grand car il annonça la 3ème étape de la vie monastique, la chasteté. Saint Jean dénonça le péché de sensualité d'Hérode Antipas, il dénonça la primauté du corps sur l'esprit.
Hérode avait d'abord épousé la fille d'un prince arabe, appelé Aretas, puis il avait pris pour maîtresse sa propre belle-soeur, Hérodiade. D'elle, il eut une fille, Salomé. Puis Hérode eut une relation incestueuse avec cette fille, dont il avait fait sa maîtresse. Suite à la dénonciation de l'iniquité d'Hérode et d'Hérodiade par saint Jean, ce dernier fut décapité, sa tête étant apportée à Hérodiade sur un plateau. C'est pourquoi aussi les Orthodoxes sollicitent toujours la prière de saint Jean le Baptiste en cas de des tumeur au cerveau, migraine et autres maux de tête.

Comme nous l'avons entendu, c'était lors de la fête d'anniversaire d'Hérode que ce dernier, excité par la danse de sa fille, accéda à la demande de sa femme de décapiter saint Jean. C'est pourquoi nous les Orthodoxes ne faisons pas de grande fête lors de notre anniversaire, mais plutôt lors de la fête de notre saint patron. Car cet épisode avec Hérode est l'unique occurrence d'un anniversaire dans le Nouveau Testament, et un grand crime y fut commis.
La punition d'Hérode fut terrible. Tout d'abord, son royaume fut envahi par le prince arabe Aretas, qui était avide de venger l'honneur de sa fille. Ensuite, Hérode fut exilé avec toute sa famille par les Romains en colère. Exilé par eux à Lerida, en Espagne, Ce fut lors d'un terrible hiver que sa fille Salomé tomba dans un trou sur la glace, alors qu'ils traversaient une rivière gelée. Pendant qu'elle coulait dans la rivière, la glace se gela autour de son cou. Luttant pour se libérer, elle donna des coups de jambes, comme si elle dansait. A cause de ces mouvements, des morceaux de glace très acérés lui tranchèrent le cou et elle fut ainsi décapitée. Son corps pécheur et non-repentant disparu à jamais sous la glace. Les témoins oculaires virent sa tête décapitée sur la glace; ils la prirent et l'apportèrent à Hérode – sur un plateau. En ce qui concerne Hérode et Hérodiade, eux aussi disparurent, car ils chutèrent dans une crevasse qui s'ouvrit, suite à un tremblement de terre à Lerida. Ainsi donc, ils disparurent de l'histoire, sans même obéir à l'appel à la repentance lancé par saint Jean, avalés qu'ils furent par les feux de dessous la terre.
Mais en ce qui concerne le saint Précurseur Jean, qui appela et appelle encore toujours – son nom vit à jamais.

Saint Précurseur, Prophète et Baptiste Jean, prie Dieu pour nous!

Amen.

Père Andrew Philips
Homélies publiée sur le site Saint-Materne "racines de la Belgique chrétienne le 28 août 2008"