Site de la Crypte

seraphin

Homélie

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

EXALTATION DE LA SAINTE CROIX

Première épître aux Corinthiens I, 18-24 –
évangile selon saint Jean XIX, 6-11, 13-20, 25-28, 30-35.

Homélie prononcée par Père René le 14 septembre 2000 à la Crypte

Exaltation de la CroixQue la Fête de l’Exaltation de la Croix soit la commémoration de son invention par sainte Hélène montre la volonté de l’Église de fixer dans l’Histoire et au centre de l’Histoire la Crucifixion du Christ, notre Dieu, comme le passage de l’ordre ancien de ce monde à la venue déjà en cours des Temps derniers.

À partir d’une réalité de l’Histoire, l’Église nous découvre l’immensité du plan divin de toute la Sainte Trinité, plan entièrement enté sur le salut du monde par la puissance de la Croix.

Ainsi la Croix se révèle comme l’axe du monde et de l’Histoire. Saint Hippolyte de Rome a illustré ce thème dans une fresque géniale. Tous les Pères à sa suite ont vu dans la Croix le nouvel Arbre du Paradis, d’où s’échappent éternellement comme les quatre fleuves de l’Esprit, aux rives desquels croissent des arbres dont le feuillage ne se flétrit jamais.

Mais si la Croix est axe du monde présent et du monde à venir, c’est parce qu’elle a été sanctifiée par le Sang du Fils de Dieu, du Verbe incarné, homme de douleur mis à mort à cause de nous et de nos péchés . Dans la mission du Christ, la Croix préexistait dès avant la Création, comme elle ne cesse de briller depuis, dans l’éternité du Royaume.

Dans le temps de la vie terrestre du Christ, la Croix s’est présentée à Lui dès le baptême au Jourdain. Au-delà de Sa Passion, de la Crucifixion et de la mort, elle L’a accompagné de la descente aux enfers jusqu’à Son élévation au Ciel.

C’est peu de dire que nous exaltons aujourd’hui la Croix. Nous la vénérons et la glorifions comme le lieu et le moment où, dans l’Histoire, le Christ a accompli pour nous la justice de son Père, prenant sur Lui le calice de la mort pour nous appeler tous à partager avec Lui le mystère de Sa Résurrection triomphante.

Peut-on aller jusqu’à dire qu’entre la Croix et le Christ il y aurait identification ? Certes non. Mais la Croix est l’achèvement ultime et la réalisation si parfaite de l’œuvre du Christ pour nous qu’elle est indissociable de Sa Personne. D’une certaine façon nous exaltons et vénérons aujourd’hui la Croix comme la représentation la plus parfaite du dessein de la Sainte Trinité pour nous. La Croix est l’icône de l’œuvre du Christ pour nous et pour le monde.

Cette icône exalte devant nous le prix payé par le Christ pour notre salut. Elle récapitule Ses souffrances et Sa mort. Mais par dessus tout, elle proclame le triomphe de Sa Résurrection. Elle a été pour le Sauveur un lieu de déréliction comme aucun homme ne pourra jamais connaître, et de jubilation glorieuse comme seul l’Un de la Sainte Trinité pouvait et continue de l’éprouver.

Ces deux aspects de la Croix ont été glorifiés, chacune avec son génie propre, par les Églises d’Occident et d’Orient. Croix douloureuse de la Passion ; Croix triomphante de la Résurrection. Mais en Christ, la Croix est une, totalement une. Ainsi doit-elle être également pour nous dans nos vies présentes.

Surtout, il importe que la Croix ne reste pas pour nous une image pieuse. Certes, seule la contemplation permet d’entrer dans le mystère et, à la mesure de notre intelligence et de notre foi, de le partager et de le vivre, mais le vivre pour le faire mieux passer dans nos vies.

Jésus a pris sur Lui la Croix, car seul, absolument Lui seul, pouvait et devait la prendre. Mais Son œuvre de rédemption doit s’accomplir aussi en nous. Jésus veut que nous soyons un avec Lui, jusqu’au plus profond de Son œuvre de salut : « Celui qui veut être Mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il Me suive.  » Plus nous méditons cette Parole, plus nous la plaçons au centre de notre cœur, de notre personne et mieux nous l’acceptons et la mettons en pratique, comme une exigence aussi douce qu’impérieuse.

L’Exaltation de la Croix devient le centre de nos vies et de nos personnes, la marque de notre foi, la raison de notre présence au monde, la justification de notre existence et surtout le cœur de notre espérance.

Nous aimons la Croix. C’est là que nous rencontrons le Ressuscité. C’est là que nous Lui apportons nos souffrances. C’est en elle que réside tout notre espoir, l’assurance des choses qu’on espère et la vision de celles qu’on attend . Par la Croix, le Ciel s’ouvre à nous, la Gloire du monde à venir se déverse déjà sur nous. En elle et avec elle, nos cœurs redoublent de joie et d’allégresse. Aussi, le cœur en fête, ne cessons-nous jamais de l’exalter, en Église comme en nous-mêmes : « Devant Ta Croix, nous nous prosternons, ô Maître, et Ta Sainte Résurrection, nous la chantons. »
Amen.

Père René

Notes

Cf. Genèse II, 10.

Lire et relire ce chant du Serviteur Souffrant en Isaïe LII, 13-LIII, 12.

Cf. évangiles selon saint Matthieu XVI, 24 et saint Marc VIII, 34.

Voir l’épître aux Hébreux XI, 1.

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour
Analyse d'audience