Site de la Crypte

seraphin

Homélies

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Sur l'humilité

Saint Basile évêque de Césarée commente ici l'Évangile selon saint Mathieu chapitre IX, versets 33 à 41

saint Basile de CésaréeRappelez-vous cette belle maxime des Proverbes : Dieu résiste aux superbes, et donne sa grâce aux humbles (1). Ayez toujours à la bouche cette parole du Sauveur : Quiconque s’humilie sera exalté ; quiconque s'exalte sera humilié(2). Ne soyez pas un juge de vous-même trop bien prévenu, ne vous examinez pas avec trop de faveur, vous tenant compte du Lien que vous croyez être en vous, et oubliant sans peine le mal ; vous applaudissant des bonnes actions que vous faites aujourd’hui, et vous pardonnant vos fautes anciennes et récentes. Lorsque le présent vous rend fier, rappelez-vous le passé, et vous réprimerez les vaines enflures de l'orgueil. Si vous voyez votre prochain tomber dans une faute, songez à tout ce qu'il a fait et fait encore de bien, et souvent vous le trouverez supérieur à vous, en examinant toute sa conduite sans vous arrêter à quelques parties. Dieu n’examine pas l’homme en partie : Je viens, dit-il par son prophète, recueillir leurs œuvres et leurs pensées(3).

En reprenant Josaphat d’une faute qu’il venait de commettre, il n’oublie pas de rappeler ses bonnes actions : Cependant, dit-il, on a trouvé en vous de bonnes œuvres.(4)

Répétons-nous sans cesse ces réflexions et d'autres semblables pour combattre l’orgueil, nous abaissant afin d’être exaltés, imitant le Seigneur qui du haut des cieux est descendu dans le plus profond abaissement, et qui de cet abaissement, et qui de cet abaissement a été élevé au plus haut degré de la gloire. Toute sa vie est pour nous une leçon d’humilité. Né dans une caverne,dans une étable, sans avoir même de lit, élevé dans la maison d’un simple artisan et d’une mère pauvre, soumis à son père et à sa mère, il écoutait les instructions qu'on lui donnait, quoiqu'il n'en eût pas besoin, et faisait des questions, qui cependant le faisaient admirer pour sa sagesse. Il voulut bien se soumettre à recevoir le baptême de la main de Jean, c'est-à-dire le maître fut baptisé par le serviteur. Il ne s'opposa à aucun de ceux qui s'élevaient contre lui, et ne leur fit point sentir son infinie puissance. Il leur cédait comme si leur force eût été supérieure à la sienne, et laissait à une autorité passagère tout le pouvoir dont elle était susceptible. Il parut devant les prêtres et devant le gouverneur, comme un criminel qui subit son jugement, souffrant en silence les calomnies, quoiqu'il eût pu confondre les calomniateurs. Après avoir été couvert de crachats par les plus vils esclaves, il fait livré à la mort, et à la mort regardée chez les hommes comme la plus infâme.

Telle fut sa vie mortelle depuis le commencement jusqu'à la fin. Après un tel abaissement, il s'éleva à une gloire sublime dont il fit part à ceux qui avoient partagé ses humiliations. De ce nombre, les premiers furent les bienheureux disciples, qui, pauvres et nus, seuls, errants, abandonnés, parcourant le monde, la terre et la mer, sans être soutenus de la beauté des discours et du nombre des partisans, furent tourmentés, lapidés, persécutés, enfin mis à mort. Tels sont les exemples anciens et divins que nous avons devant les yeux. Efforçons-nous de les imiter ; afin que l'humilité nous obtienne une gloire éternelle, don parfait et véritable de Jésus-Christ.

Comment donc parviendrons-nous à étouffer les mouvements nuisibles de l'orgueil, et à prendre les sentiments si avantageux de l'humilité ? Ce sera en nous exerçant continuellement dans celle-ci, et en ne négligeant rien de ce qui pourrait nous causer le moindre dommage. L’âme se modèle, pour ainsi dire, et prend telle ou telle forme d’après ses goûts et ses exercices.

Que tout votre extérieur, que vos habits, votre démarche, votre nourriture, votre siège, votre lit, votre maison et tous les meubles qu'elle renferme, soient simples et modestes ; que vos propos, vos chants, vos conversations, soient exempts de tout faste. Si vous parlez ou chantez publiquement, ne montrez ni trop de luxe dans vos discours, ni trop de complaisance dans votre voix. Ne disputez jamais avec fierté et opiniâtreté. Retranchez, dans tout, ce qui sent trop la grandeur et l'appareil. Soyez obligeant envers votre ami, doux envers votre serviteur, patient avec les personnes violentes, humain avec les humbles. Consolez les affligés, visitez ceux qui sont dans la tristesse, ne méprisez absolument personne, parlez à tous avec douceur, répondez d'une manière agréable. Soyez poli et affable pour tout le monde : ne parlez point avantageusement de vous-même, et n'en apostez point d'autres pour le faire. Ne vous permettez point de propos déshonnêtes ; cachez autant qu'il est en vous vos bonnes qualités. Reconnaissez sincèrement vos fautes, sans attendre que d'autres vous les reprochent, afin que vous imitiez le juste qui commence par s'accuser lui-même (5) ; afin que vous ressembliez à Job qui ne craignait pas de publier devant une grande multitude ce qu'il pouvait avoir fait de mal (6). Que vos réprimandes ne soient ni trop promptes, ni dures, ni chagrines ; car cela annonce de l'arrogance. Ne condamnez pas les autres pour des fautes légères, comme si vous étiez un juste parfait. Traitez avec bonté ceux qui sont tombés dans quelque péché, et relevez-les avec un esprit de douceur, comme vous y exhorte l'Apôtre, faisant réflexion sur vous-même, et craignant d'être tenté aussi bien qu'eux. Apportez autant de soin pour n'être pas glorifié devant les hommes, que les autres en apportent pour l’être. Rappelez-vous les paroles du Sauveur, qui dit que courir après la gloire des hommes et faire le bien pour en être regardé, c'est perdre la récompense qui vient de Dieu. Ils ont reçu leur récompense, dit l'Évangile (7).

Ne vous faites donc pas tort à vous-même en voulant vous faire valoir aux yeux des hommes. Puisque Dieu est le grand témoin de nos actions, ambitionnez la gloire auprès de Dieu qui vous destine une superbe récompense. Si vous êtes placé au-dessus des autres, si les hommes vous glorifient et vous honorent, soyez l'égal de ceux qui sont au-dessous de vous, sans vouloir dominer sur l'héritage du Seigneur(8) ; et sans vous régler sur les princes du siècle. Le Seigneur ordonne à celui qui veut être le premier, d’être le serviteur de tous (9) . Pour tout dire en un mot, pratiquez l'humilité comme le doit un homme qui l'aime. Aimez cette vertu et elle vous glorifiera. C'est le moyen de parvenir à la véritable gloire, dans la société des anges et de Dieu. Jésus Christ vous reconnaîtra devant les anges comme son disciple(10), et il vous glorifiera si vous devenez l'imitateur de son humilité. Apprenez de moi, disait-il, que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmess (11)/a>.
À Jésus-Christ soient le règne, la puissance et la gloire dans les siècles des siècles.
Amen

Saint Basile de Césarée (v. 330-379)

Notes (1) Ce passage ne figure pas dans la Vulgate latine. Il se trouve dans la Septante, au livre des Proverbes chapitre 3 verset 34.(2) Lc 18, 14 (3)Is 66, 18 (4)2e livre des Chroniques chapitre 19, [verset 1] "Josaphat, roi de Juda, revint en paix dans sa maison, à Jérusalem. [verset 2] Jéhu, un voyant, fils de Hanani, sortit à sa rencontre. Il dit au roi Josaphat : "Fallait-il porter secours au méchant ? Est-ce que tu aimes ceux qui haïssent le Seigneur ? C’est pourquoi la colère du Seigneur est sur toi" [cependant, au verset 3 :]Toutefois, il y a aussi en toi quelque chose de bon, puisque tu as fait disparaître du pays les poteaux sacrés ; et que tu as appliqué ton cœur à chercher Dieu. (5) Proverbes 18,17 (6) Job 31,34 (7) Mt 6,2 (8) Épître de Pierre chapitre 5 verset 3 (9) Mc 10,44 (10) Lc 12,6 (11)Mt 11,29.

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour
Analyse d'audience