Retour à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"

La Résurrection du ChristPâques

Dimanche de Pâques
Livres des Actes I, 1-8
Évangile selon saint Jean I, 1-17

Homélie prononcée à la Crypte par le Père Boris le 1er mai 1994

Père Boris Bobrinskoy

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Mes chers amis, le contraste est trop fort entre ce que nous avons vécu et ce que nous vivons  ! Durant ces derniers jours, nous avons connu le serrement de cœur, pendant les événements de la Semaine Sainte et de la Passion du Sauveur où nous accompagnons notre maître et Seigneur dans Sa montée à Jérusalem et dans Sa passion, où nous avons été témoins, et peut-être plus que témoins, des soufflets, des crachats et de toutes Ses souffrances. Nous ne pouvons pas être neutres dans l'Église : « Celui qui n'est pas avec moi est contre moi. »

C'est pourquoi ces événements nous concernent et, nous aussi, nous avons eu le cœur broyé, car nous étions, car nous sommes participants du Sauveur dans Sa crucifixion, dans Sa mort et dans Sa descente aux enfers. Car la descente du Seigneur aux enfers, c'est la descente dans tous nos enfers. L'enfer n'est pas une réalité extérieure à nous, l'Enfer, nous le goûtons tous les jours, et chaque fois que nous nous détournons du Sauveur, même pour un instant, l'odeur nauséabonde de l'Enfer est là. Je dis bien, nous ne pouvons pas être neutres, et lorsque par la grâce de Dieu nous pleurons sur nos péchés et nous nous convertissons, nous nous retournons vers le Sauveur et nous sommes véritablement participants, comme le dit saint Paul, participants à sa mort et à sa résurrection.

Le passage de la mort à la résurrection est une véritable Pâque. C'est un saut, c'est un bond du néant à la plénitude, de la mort à la vie, des ténèbres les plus totales à une lumière indicible et aveuglante, de la haine à l'amour. C'est une véritable résurrection dont nous avons l'expérience dans notre vie quotidienne. Car, depuis que Jésus est ressuscité, depuis cette fameuse nuit et cette matinée où le tombeau a été trouvé vide, depuis lors donc, la puissance de la résurrection a jailli et couvert le monde. Le monde ne le sait pas, le monde rejette cette puissance, pourtant elle est là. Elle est là, et pour ceux qui ont cru, pour ceux qui croient en Jésus, nous pouvons dire avec saint Jean que « nous sommes ceux qui ne sont pas nés de la chair et du sang et de la volonté humaine, mais qui sommes nés de Dieu ». Tous, dans la Résurrection, nous devenons nés de Dieu, engendrés de Dieu, engendrés par la puissance de l'Esprit Saint. Et l'Esprit Saint fait ainsi que nous devenons un seul corps, un seul être, une seule vie avec le Seigneur ressuscité. « Quand je serai élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi. » (Jn XII, 32) Élevé de terre sur la croix, élevé de terre dans la Résurrection et l'Ascension, désormais les bras de Jésus demeurent pour toujours étendus, portant les stigmates et les marques des clous, mais aussi portant des traces de lumière et de vie par lesquelles Il nous attire, Il nous embrasse, Il nous élève et Il nous entraîne derrière Lui dans ce mouvement extraordinaire, ce mouvement irrésistible de Résurrection et d'Ascension.

Nous sommes dans ce mouvement incessant de montée vers le Père. « Il y a beaucoup de demeures dans la maison du Père et je vais vous préparer une place. » Nous avons entendu ces paroles pendant les derniers jours de la Semaine Sainte. Jésus devait partir et nous ne savions pas alors où Il allait. Notre cœur était serré, mais nous savons maintenant que là où Il est, « vous serez aussi avec moi car je vais vous préparer une place. » Nous sommes dans ce petit troupeau qu'est l'Église dans ce petit troupeau noyé, on peut le dire, perdu dans l'immensité d'un monde hostile ou en tout cas ignorant, nous sommes déjà ce noyau de résurrection, le lieu où la loi même de la vie agit, là où la puissance de la Résurrection est en marche, non seulement pour nous, non seulement pour notre propre salut, non seulement pour l'Église mais pour la vie du monde entier. Jésus l'a dit : « Je suis venu non pour être servi, mais pour servir et pour donner ma vie pour la vie du monde. »

Rappelons-nous, mes amis, que si nous sommes ici aujourd'hui dans ce lieu clos, chaud, béni, nous sommes ici aussi pour témoigner de la Résurrection et pour la communiquer au monde. Le monde en a besoin ; le monde l'attend, l'attend inconsciemment peut-être en errant à droite et à gauche, dans la souffrance et dans les ténèbres. Le monde a besoin de cette lumière, de cette vie que le Christ est venu apporter. Soyons donc, comme le chante l'Église aujourd'hui, dans la joie et dans l'allégresse, mais que cette joie et cette allégresse ne soient pas seulement pour nous, qu'elles soient aussi pour tous les hommes de bonne volonté, pour tous ceux qui cherchent, pour tous ceux qui ont soif et faim de Dieu.

Amen.

Le Christ est ressuscité  ! En vérité, Il est ressuscité  !

Père Boris