Site de la Crypte

seraphin

Homélies

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Le chemin qui conduit le Christ à sa gloire

Épître aux Hébreux II, 11-18 − évangile selon saint Luc I, 24-38

Homélie 4 sur la Passion par saint Anastase d'Antioche

saint Anastase Ier d'Antioche"Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l'homme sera livré aux païens, aux grands prêtres et aux scribes pour être flagellé, tourné en dérision et crucifié" (cf Mt 20,18). En disant cela à ses disciples, le Christ annonçait ce qui s'accordait avec les prédictions des prophètes, car ils avaient prédit sa mort qui devait avoir lieu à Jérusalem... Nous comprenons pourquoi le Verbe de Dieu qui, autrement, ne pouvait pas souffrir, a dû subir la Passion ; car l'homme n'aurait pas pu être sauvé par un autre moyen. Lui seul l'a su, ainsi que ceux à qui il l'a révélé. En effet, il a su tout ce qui vient du Père ; c'est ainsi que "l'Esprit voit même les profondeurs des mystères divins." (1Co 2,10).

"Il fallait que le Christ souffre" (Lc 24,26) : il était absolument impossible que la Passion n'eût pas lieu, comme lui-même l'a affirmé lorsqu'il a appelé "lents à croire" et "inintelligents" ceux qui ne savaient pas que le Christ devait souffrir ainsi pour entrer dans sa gloire (Lc 24,25). En effet, il est venu pour sauver son peuple, en renonçant à "la gloire qu'il avait auprès du Père avant le commencement du monde" (Jn 17,5).

Ce salut était la perfection qui devait s'accomplir par la Passion, et qui serait accordée à l'auteur de notre vie, selon l'enseignement de saint Paul : "Il a été l'auteur de notre vie, en atteignant la perfection par ses souffrances" (Hb 2,10).

On voit comment la gloire du Fils unique, dont il avait été écarté pendant peu de temps en notre faveur, lui a été rendue par la croix dans la chair qu'il avait adoptée. Saint Jean le dit en effet dans son évangile, lorsqu'il explique ce qu'était cette eau dont le Sauveur a dit qu'elle "jaillirait, comme des fleuves, du cœur du croyant. Or, en disant cela, il parlait de l'Esprit Saint que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui. En effet, l'Esprit Saint n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'était pas encore entré dans sa gloire" (Jn 7,38-39). Ce qu'il appelle sa gloire, c'est sa mort sur la croix. C'est pourquoi le Seigneur, lorsqu'il priait, avant de subir la croix, demandait au Père de lui donner cette "gloire qu'il avait auprès de lui avant le commencement du monde".

Anastase Ier d'Antioche, moine puis patriarche d'Antioche de 549-570 et de 593-599

Retour à la page Chronique