Site de la Crypte

seraphin

Homélie

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

TheophanieSainte Théophanie

Lettre à Tite II, 11-14, III, 4-7
Évangile selon saint Matthieu III, 13-17.

Extrait d'une Homélie attribuée à saint Hippolyte de Rome (†v235)

« En lui j'ai mis tout mon amour »

Le Christ, créateur de toutes choses, est descendu comme une pluie, s'est fait connaître comme une source, s'est répandu comme un fleuve (Os 6,3; Jn 4,14; 7,38) et le voici baptisé dans le Jourdain... La Source insaisissable, qui fait jaillir la vie pour tous les hommes et qui n'a pas de fin, a été cachée par des eaux pauvres et éphémères. Celui qui est présent partout, qui n'est nulle part absent, celui qui est insaisissable par les anges et invisible aux hommes, vient au baptême selon sa volonté...

Et voici que les cieux s'ouvrirent, et il y eut une voix disant : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour." Le Bien-aimé engendre l'amour, et la lumière immatérielle engendre "la lumière inaccessible" (1Tm 6,16).

"Celui-ci est mon Fils bien-aimé"... Dans l'arche de Noé, la colombe a manifesté l'amour de Dieu pour les hommes (Gn 8,11). Maintenant l'Esprit descend sous cette apparence, pareil à celle qui a apporté une pousse d'olivier, et s'arrête au-dessus de celui à qui il rend témoignage. Pourquoi ? Pour que l'on comprenne avec certitude que c'est bien la voix du Père...: "La voix du Seigneur sur les eaux, le Dieu de gloire déchaîne le tonnerre, le Seigneur sur la masse des eaux" (Ps 28,3). Que dit cette voix ?

"Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour." Il est celui qu'on appelle fils de Joseph, et il est mon Fils unique selon l'être divin.

"Celui-ci est mon Fils bien-aimé" : il a faim et il nourrit des foules innombrables, il peine et il soulage ceux qui peinent. Il n'a pas où reposer la tête et il porte tout dans sa main, il souffre et il guérit les souffrances. On le frappe mais il accorde au monde la liberté, on transperce son côté mais il répare le côté d'Adam.

Homélie du IVe siècle pour la Sainte Théophanie