Site de la Crypte

seraphin

Notices

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Les anges et les puissances célestes

par saint Jean Damascène(1)?saint Jean Damascène

La création

Dieu était bon et au-delà de la bonté, et pour cette raison il ne s'est pas contenté de se contempler lui-même ; par surabondance de bonté, il lui a plu que fussent produits des êtres qui bénéficieraient de sa libéralité et participeraient à sa bonté ; il amène du non-être à l'être et crée l'ensemble de l'univers, visible et invisible, ainsi que l'homme, composé de visible et d'invisible. Et il crée en concevant intellectuellement : sa conception paraît au jour comme une œuvre accomplie par un Verbe et menée à sa perfection par un Esprit (1) .

Les anges
Les Anges et les puissances célestesC'est lui qui est l'auteur et le créateur des anges (2) , qu'il a amenés du non-être à l'être, qu'il a créés à son image avec une nature incorporelle, comme un souffle ou un feu immatériels, selon le mot du divin David : Celui qui fait des vents ses anges et de la flamme du feu ses serviteurs". Ce qui est bien dépeindre l'agilité, l'ardeur, la chaleur, l'extrême pénétration, la vivacité dans le désir et le service de Dieu, leur aspiration vers le haut et leur affranchissement de toute pensée matérielle.

Un ange, par conséquent, est une essence intellective, en perpétuel mouvement, libre, incorporelle, au service de Dieu, qui a reçu par grâce dans sa nature l'immortalité ; de cette essence le créateur seul connaît le genre et la définition. Mais quand on dit l'ange incorporel et immatériel, c'est seulement par rapport à nous ; car tout objet comparé à Dieu, l'unique incomparable, s'avère grossier et matériel, puisque seule la divinité est réellement immatérielle et incorporelle.

Ainsi donc l'ange est une nature raisonnable, intellective et dotée de libre arbitre, susceptible de changer de sa propre initiative, autrement dit mobile à volonté. En effet, toute créature est aussi susceptible de changement ; seul l'incréé est immuable et tout être raisonnable est doté de libre arbitre. En tant que raisonnable et intellective, elle est dotée de libre arbitre ; en tant que créée, elle est vouée au changement, avec le pouvoir de se maintenir et de progresser dans le bien et de se tourner vers le mal.

Incorporel, l'ange est inaccessible au repentir. Car l'homme, par suite de la faiblesse de son corps, a pu éprouver le repentir. L'ange est immortel, non par nature, mais par grâce : tout ce qui a eu un commencement a aussi par nature une fin. Seul Dieu est éternellement ou plutôt au-delà de l'éternité : l'auteur du temps, loin d'être sous la dépendance du temps, est au-delà du temps.

Ce sont des lumières intellectives de second rang, qui reçoivent l'illumination de la lumière première et sans commencement. Elles ne recourent ni à la voix ni à l'ouïe ; sans proférer de parole, elles se communiquent mutuellement leurs pensées et desseins particuliers.

C'est donc par le Verbe que furent créés tous les anges et c'est par l'action du Saint-Esprit qu'ils ont été amenés à la perfection de la sainteté, participant à l'illumination et à la grâce à proportion de leur dignité et de leur rang.

Les anges sont circonscrits : quand ils sont au ciel, ils ne sont pas sur la terre et si Dieu les envoie sur terre, ils cessent de demeurer dans le ciel. Ils ne subissent pas de délimitation par des murailles, des portes, des serrures, des sceaux, car ils sont sans limitation spatiale. Je dis "sans limitation spatiale" car ils ne se manifestent pas tels qu'ils sont à ceux qui méritent que Dieu veuille bien les faire apparaître ; ils se transforment selon les capacités de vision de ceux qui les voient. "Car est sans limitation spatiale par nature et au sens propre l'incréé seul ; toute créature tient ses limites du Dieu qui l'a créée."

Puisqu'ils tiennent leur sanctification de l'extérieur de leur essence, de l'Esprit saint, c'est par la grâce divine qu'ils prophétisent ; ils n'ont pas à se marier, puisqu'ils ne sont pas mortels.

Comme ils sont spirituels, ils vivent en des lieux également spirituels, sans être corporellement circonscrits (car d'être leur nature ne comporte pas de figure corporelle et ilne sont pas étendus dans un espace à trois dimensions), du fait d'être spirituellement présents et agissants là où ils en ont reçu l'ordre ; et ils ne peuvent être et agir ici et là au même instant.

Sont-ils par essence égaux ou différents les uns des autres, nous l'ignorons. Seul Dieu leur créateur le sait, lui qui connaît tout. Cependant ils diffèrent les uns des autres par leur illumination et leur statut, soit que leur statut? soit proportionnel à leur illumination, soit qu'ils participent à l'illumination en fonction de leur statut et s'illuminent les uns les autres à cause de la supériorité de leur rang ou de leur nature. Car ce sont à l'évidence les supérieurs qui communiquent aux inférieurs et l'illumination et la science.
Fermes et prêts à accomplir la volonté divine 3, on les trouve immédiatement partout où un signe divin l'ordonne, grâce à leur naturelle promptitude, pour protéger une partie de la terre, gouverner les nations et leur territoire selon les prescriptions du créateur, administrer nos affaires et venir à notre secours. De toute façon, comme ils sont au-dessus de nous en vertu de la volonté et de l'ordre divins, ils vivent constamment dans l'entourage de Dieu.

Ils sont difficiles à mouvoir au mal, mais ils peuvent y céder ; en réalité ils n'y cèdent pas ; point par nature cependant, mais par grâce, et parce qu'ils se tiennent proches du seul bien. Ils voient Dieu selon ce qui leur en est accessible et cette vision les nourrit. Ils sont au-dessus de nous parce qu'ils sont incorporels et affranchis de toute passion corporelle, mais ils ne sont pas impassibles ; seule la divinité est impassible. Ils se transforment en fonction des ordres de Dieu, leur maître, et ainsi ils apparaissent aux hommes et leur révèlent les mystères divins. Ils vivent dans le ciel et leur unique activité est la louange de Dieu et le service en ce lieu de la volonté divine.

Comme le dit le très saint, très vénérable et très savant ès choses divines Denys l'Aréopagite, "La théologie, c'est-à-dire la sainte Écriture, tout entière a fourni neuf noms pour les essences célestes que notre divin initiateur aux choses sacrées divise en trois ordres triples. Le premier, dit-il, entoure constamment Dieu et lui est uni de façon permanente et immédiate ; il s'agit, selon la tradition, des séraphins aux six ailes, des chérubins aux yeux innombrables et des trônes très saints. Le deuxième est celui des dominations, des vertus et des puissances. Le troisième et dernier, celui des principautés, des archanges et des anges."

Certains affirment qu'ils vinrent à l'être avant toute création ; ainsi Grégoire le Théologien : "En premier lieu il conçoit les puissances angéliques et célestes, et cette pensée était une œuvre." D'autres disent que c'est après la création du premier ciel. Que ce fut avant la formation de l'homme, tous le reconnaissent. Pour moi, je me range à l'opinion de Grégoire le Théologien : il convenait en effet qu'en premier lieu fût créée l'essence intellective, puis celle du sensible, enfin, issu des deux précédentes, l'homme.
Tous ceux qui affirment que les anges sont les créateurs d'une essence quelconque sont la bouche du diable leur père. Étant des créatures, les anges ne sont pas créateurs. L'auteur de toutes choses, qui prévoit et maintient tout, c'est Dieu, l'unique incréé, celui qui est loué et glorifié dans le Père, le Fils et l'Esprit-Saint.

Le Diable et les démons

Parmi ces puissances angéliques, le chef de file chargé par Dieu de la protection de l'ordre circumterrestre et de la terre n'était pas mauvais par nature. Bon au contraire, fait pour le bien, dépourvu en lui-même, du fait du créateur, d'aucune trace de malice, faute d'avoir supporté l'illumination et la dignité que le créateur lui avait données, il s'est détourné par un choix délibéré de ce qui était conforme à sa nature vers ce qui lui était contraire. Il s'est dressé contre Dieu son créateur, bien décidé à lui résister ; puis il fut le premier à se détourner du bien et s'engager dans le mal. Le mal n'est en effet rien autre que la privation du bien, comme l'obscurité est la privation de la lumière. En effet si le bien est la lumière de l'intellect, le mal est ténèbre de l'intellect. Créé lumière par son créateur et bon lors de sa venue à l'être - effectivement "Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici que c'était très bon" - par un libre choix de sa volonté, il devint ténèbre. Avec lui, en sa compagnie, fut entraînée dans sa chute une infinie multitude d'anges placés sous son autorité. Bien sûr, ils étaient de même nature que les autres anges, mais ils devinrent mauvais après avoir fait dévier volontairement leur libre choix du bien vers le mal.

Ils n'ont toutefois ni pouvoir ni force contre quiconque, si ce n'est en vertu d'un consentement providentiel de Dieu, comme par exemple dans le cas de Job, selon ce qui est écrit dans l'Évangile au sujet des porcs. Avec l'autorisation de Dieu, cependant, ils ont la force, ils changent d'aspect et se transforment, au plan de l'imaginaire, en la figure qu'ils veulent.

L'avenir, ni les anges ni les démons ne le connaissent ; ils le prédisent pourtant, les anges, par révélation de Dieu et sur son ordre, et voilà pourquoi ce qu'ils annoncent se produit. Les démons font également des prédictions, tantôt parce qu'ils voient ce qui arrivera après un temps, tantôt parce qu'ils le conjecturent, et c'est pourquoi la plupart du temps ils se trompent. Il ne faut pas se fier à eux, même s'il leur arrive fréquemment de dire vrai, de la façon que nous avons dite. Ils connaissent également les Écritures.

C'est bien par eux qu'a été conçue toute méchanceté, ainsi que les passions impures. Et s'ils ont la possibilité de faire des suggestions à l'homme, ils n'ont la force de contraindre personne. Car il est en notre pouvoir d'accepter ou non leur suggestion. Voilà pourquoi pour le diable et ses démons ainsi que pour ceux qui le suivent a été préparé le feu inextinguible, ce châtiment éternel.

Il faut enfin savoir que ce que la mort est pour les hommes, la chute l'est pour les anges. Après la chute le repentir ne leur est pas possible, pas plus que pour les hommes après la mort.

Jean Damascène

Note :  (1) Saint Jean Damascène (676-749) a fixé sur de nombreux points dans son Exposé de la Foi orthodoxe la pensée des Pères de l'Église, et, dans ce passage, il s'inspire explicitement de Grégoire le Théologien — qu'on appelle en occident Grégoire de Nazianze (329-390) — et du Ps. Denys l'Aréopagite (v500). ? 

Source : Exposé de la Foi orthodoxe, chapitres 17 Les Anges et 18 Le diable et les démons, pages 235-237, coll. Sources chrétiennes N° 535, ed. Cerf, 2010.
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour