Site de la Crypte

seraphin

Notices

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Présentation de la Mère de Dieu

Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu Fête le 21 novembre

Lorsque la sainte et très pure enfant, accordée par Dieu au genre humain resté stérile à cause du péché, des passions et de la mort, eut atteint l'âge de deux ans, son père Joachim dit à son épouse : « Menons-la au Temple du Seigneur, afin de remplir la promesse que nous avons faite de la consacrer dès son plus jeune âge au Tout-Puissant. » Mais Anne répondit : « Attendons jusqu'à sa troisième année, car elle réclamera peut-être son père et sa mère, et ne restera pas dans le Temple du Seigneur. »

Lorsque l'enfant atteignit sa troisième année, les deux époux décidèrent d'accomplir leur vœu et de l'offrir au Temple. Joachim fit alors convoquer les jeunes filles des Hébreux de race pure, afin de l'escorter et de la précéder avec des flambeaux, de manière à ce que, attirée par la lumière, l'enfant ne fût pas tentée de retourner vers ses parents. Mais la sainte Vierge, née toute pure et élevée par Dieu, dès sa naissance, à un degré de vertu et d'amour des choses célestes supérieur à toute autre créature, s'élança en courant vers le Temple. Elle devança les vierges de son escorte et, sans un regard pour le monde ni pour ses parents, elle se jeta dans les bras du grand prêtre Zacharie qui l'attendait sur le parvis en compagnie des Anciens. Zacharie la bénit, en disant : « Le Seigneur a glorifié ton nom dans toutes les générations. C'est en toi qu'aux derniers jours se manifestera la Rédemption qu'il a préparée pour son peuple. » Et, chose inouïe pour les hommes de l'Ancienne Alliance, il fit entrer l'enfant dans le Saint des saints, là où seul le grand prêtre pouvait pénétrer, une fois par an seulement, le jour de la fête de l'Expiation. II la fit asseoir sur la troisième marche de l'autel et, la grâce du Seigneur l'ayant recouverte, Marie se leva et se mit à danser pour exprimer sa joie. Tous ceux qui étaient présents étaient ravis devant ce spectacle prometteur des grandes merveilles que Dieu allait bientôt accomplir en elle.

Ayant ainsi quitté le monde, ses parents et tout lien qui aurait pu l'attacher aux choses sensibles, la Sainte Vierge demeura dans le Temple jusqu'à l'âge de douze ans. Parvenue à l'âge nubile, les prêtres et les anciens craignirent qu'elle ne souillât le sanctuaire, aussi la confièrent-ils au chaste Joseph, pour qu'il soit le gardien de sa virginité en feignant d'être son fiancé.

Pendant les neuf années qu'elle passa dans le sanctuaire, la Toute-Sainte fut nourrie d'une nourriture spirituelle apportée par un ange de Dieu. Elle menait là une vie céleste, supérieure à celle de nos premiers parents dans le Paradis. Sans souci, sans passion, ayant dépassé les besoins de la nature et la tyrannie des plaisirs des sens, Marie ne vivait que pour Dieu seul, l'intelligence fixée à tout moment dans la contemplation de sa beauté. Par la prière continuelle et la vigilance sur elle-­même, la sainte enfant acheva, pendant ce séjour dans le Temple, de purifier son cœur, pour qu'il devienne un pur miroir dans lequel la gloire de Dieu puisse se refléter. Comme une fiancée, elle se revêtit de la splendide parure des vertus, afin de se préparer à la venue en elle du Christ, le divin Époux. Elle parvint ainsi à une telle perfection, qu'elle résuma en elle-même toute la sainteté du monde et, devenue semblable à Dieu par la vertu, elle attira Dieu à se rendre semblable aux hommes par son Incarnation.

Introduite dans le Temple à l'âge où les autres enfants commencent à apprendre, la Toute-Sainte, du fond du sanctuaire inaccessible, entendait chaque samedi les lectures de la Loi et des Prophètes, que l'on faisait au peuple dans la partie publique du Temple. L'intelligence affinée par l'hésychia et la prière, elle parvint ainsi à la connaissance du sens profond des mystères de l'Écriture. Vivant parmi les choses saintes et considérant sa propre pureté, elle comprit quel avait été le dessein de Dieu tout au long de l'histoire de son peuple élu. Elle comprit que tant de siècles avaient été nécessaires pour que Dieu se prépare une mère issue de l'humanité rebelle, et que, pure enfant élue par Dieu, elle devait devenir le vrai Temple vivant de la divinité.

Placée dans le lieu très saint où étaient déposés les symboles de la promesse divine, la Vierge révélait ainsi que les figures s'accompliraient en sa propre personne. C'est elle qui est en effet le véritable Sanctuaire, le Tabernacle du Verbe de Dieu, l'Arche de la Nouvelle Alliance, le Vase contenant la manne céleste, la Verge bourgeonnante d'Aaron, la Table de la Loi de la grâce. C'est en elle que les prophéties obscures se dévoilent. Elle est non seulement l'Échelle reliant la terre et le ciel, que le Patriarche Jacob aperçut en songe, mais aussi la Colonne de nuée qui révèle la gloire de Dieu, la Nuée légère du prophète Isaïe, la Montagne non entaillée de Daniel, la Porte close par laquelle Dieu est venu visiter les hommes d'Ézéchiel, et la Fontaine vivante et scellée qui fait jaillir sur nous les eaux de la vie éternelle. Contemplant spirituellement ces merveilles qui devaient avoir lieu en elle, sans comprendre encore clairement comment elles allaient s'accomplir, la Toute-Sainte dirigea sa prière et son intercession vers Dieu avec plus d'intensité encore, pour que le Seigneur se hâte de réaliser ses promesses et qu'il sauve le genre humain de la mort, en venant habiter parmi les hommes.

Lorsque la Mère de Dieu pénétra dans le Saint des saints, le temps de préparation et d'épreuve de l'Ancienne Alliance prit fin. La fête que nous célébrons aujourd'hui est donc celle des fiançailles de Dieu avec la nature humaine. Voilà pourquoi l'Église se réjouit et exhorte tous les amis de Dieu à se retirer, eux aussi, dans le temple de leur cour pour y préparer la venue du Seigneur, par le silence et la prière, en se soustrayant aux plaisirs et aux vains soucis de ce monde.

Hiéromoine Macaire

Source : Synaxaire Vie des Saints de l’Eglise orthodoxe du hiéromoine Macaire Monastère de Simonos Petra mont Athos

Notes
(1) Outre les données fournies par le Protévangile de Jacques, qui est la source de cette fête - instituée à Jérusalem le jour de la dédicace de l'église Sainte-Marie-la-Neuve vers le début du VIe siècle, nous utilisons ici l'admirable interprétation hésychaste du séjour de la Mère de Dieu dans le Saint des saints, donnée par S. Grégoire Palamas, Homélie 53.

 

--