Site de la Crypte

seraphin

Patrologie

Saint Jean Climaque

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Jean Climaque (v579-649)

Le processus de la tentation

Saint Jean Climaque, higoumène du monastère du Sinaï au VIIe siècle, a laissé, avec son "Échelle Sainte" un ouvrage de spiritualité qui a nourri des générations de chrétiens jusqu'à nos jours. On y trouve, entre autres, de très fines remarques de psychologie pratique. Alors que le Grand Carême (1) va commencer, il est sans doute utile de lire ce qu'il dit du processus de la tentation.

Ces remarques sont rédigées dans un style qui date de douze siècles. Afin d'en rendre la compréhension plus aisée nous les avons fait précéder d'un extrait d'un traité contemporain de spiritualité, qui s'en inspire et les résume de façon plus systématique.

"Les Pères ont distingué cinq moments principaux.

La "suggestion" est le simple affleurement à la conscience d'un attrait pour une action mauvaise ; ce sera, par exemple, une pensée de vengeance, de gourmandise [...].

Elle est involontaire, et il serait vain de prétendre empêcher que de tels mouvements naissent en nous [...].

Dans le "dialogue" ou "liaison", nous réfléchissons sur la tentation et nous nous entretenons en quelque sorte avec elle. Il peut ne comporter aucune connivence secrète avec elle et n'avoir d'autre fin que de lui opposer des raisons contraires [...].

Mais le dialogue peut recouvrir déjà un semi-consentement, une complaisance inavouée qui n'est pas entièrement exempte de péché.

Le "consentement" est une prise de position personnelle: nous acceptons de faire consister notre bonheur dans la jouissance mauvaise proposée ; nous adhérons à la tendance déréglée et nous identifions, en quelque sorte, notre "moi" profond avec elle.

Si de tels consentements se répètent, ils engendrent d'abord la "passion", qui est la tendance mauvaise passée à l'état de seconde nature, puis la "captivité", véritable obsession, impulsion irrésistible où la liberté n'a plus de part.".

Père Placide Deseille (2)

Remarque : Il faut rappeler que dans l'extrait suivant, "l'intellect" (parfois appelé 'esprit" par d'autres Pères) n'est pas différent de l'âme. Il en est, en quelque sorte, la partie supérieure, qui devrait commander le reste ; et qui donc, lorsqu'elle est dévoyée, est susceptible des péchés les plus graves.

Michel Feuillebois

 

Saint Jean Climaque

Les différentes phases de la tentation

Les pères doués de discernement ont différencié les uns des autres l'attaque, la liaison, le consentement, la captivité, le combat et ce qu'on appelle passion de l'âme.

Ces hommes bienheureux définissent l'attaque comme la première apparition dans le cœur de la simple pensée ou de l'image d'un objet qui se présente.

La liaison est une conversation avec ce qui vient de se manifester ainsi accompagnée ou non de passion.

Le consentement est l'acquiescement de l'âme, accompagné de délectation, à ce qui lui est proposé. La captivité est un entraînement violent et involontaire du cœur ; ou encore, une attache permanente à l'objet en question qui détruit l'excellent état de notre âme.

Ils disent que la passion, au sens propre, est un mal qui depuis longtemps affectait secrètement l'âme et qui, désormais, lui a fait contacter une liaison intime avec lui et l'a établie comme dans une disposition habituelle, en vertu de laquelle elle s'y porte d'elle-même, spontanément et par affinité.

La tentation et le péché

De tous ces mouvements, le premier est sans péché ; le second ne l'est pas toujours ; quant au troisième, il est coupable ou non selon l'état intérieur du combattant. Le combat est l'occasion qui procure couronne ou châtiment. La captivité doit être jugée différemment selon qu'elle se manifeste au temps de la prière ou à d'autres moments, à propos de matières de peu d'importance ou s'il s'agit de pensées mauvaises.

Quant à la passion, sans aucun doute, dans tous les cas, elle encourt soit une pénitence proportionnée, soit un châtiment futur.

Ainsi donc, celui qui affronte sans passion la première attaque supprime d'un seul coup tout ce qui suit.

Une forme plus subtile de tentation

Les plus précis dans leur enseignement parmi les Pères doués de connaissance mentionnent un autre genre de motion intérieure, encore plus subtile, que certains appellent "impulsion". Voici ce qui le caractérise sans intervalle de temps, sans concept ni image, elle fait apparaître instantanément la passion chez celui qui la subit. Il n'existe rien de plus rapide ni de plus imperceptible dans le monde spirituel. Elle fait sentir sa présence dans l'âme par une simple prise de conscience, avant toute réflexion, instantanément, d'une manière inexplicable, et parfois à l'insu du sujet lui-même. Si quelqu'un est parvenu, grâce à ses armes, à pénétrer une telle subtilité, qu'il nous explique alors comment il est possible que, par le seul moyen des yeux, par un simple regard, ou par un simple toucher de la main, ou par l'audition d'un chant, sans aucune pensée ni acte de l'intellect, l'âme soit saisie par la passion et tombe dans la luxure.

Connaître la véritable origine de la tentation n'est pas le plus important

Certains disent que c'est par les pensées de luxure que les passions envahissent le corps. D'autres au contraire affirment que c'est par le moyen des sens du corps que sont conçues les pensées mauvaises. Les premiers disent que si l'intellect n'avait pas pris l'initiative, le corps n'aurait pas suivi ; les seconds, pour justifier leur point de vue, allèguent la nocivité de la passion corporelle et disent que les mauvaises pensées trouvent souvent entrée dans le cœur grâce à une vision agréable, à un toucher de la main, à la senteur d'un parfum, ou au charme d'une voix. Que celui-là l'explique auquel le Seigneur en donnera le pouvoir ; car ces choses sont extrêmement nécessaires et profitables à ceux qui mènent la vie active en ayant la science (de sa pratique) ; mais pour ceux qui s'y appliquent dans la simplicité du cœur, cela n'a aucune importance. Car tous ne possèdent pas la science ; et tous n'ont pas non plus la bienheureuse simplicité, qui est une cuirasse qui protège des ruses des esprits mauvais.

Les tentations peuvent naître dans l'âme ou dans le corps

Certaines passions passent de l'âme dans le corps et d'autres font le contraire. Ces dernières sont le fait des gens du monde ; on trouve les premières chez ceux qui mènent la vie monastique, par suite de l'absence d'occasions (extérieures). Mais à ce sujet, je dirai seulement "Tu chercheras la sagesse chez les méchants, et tu ne l'y trouveras pas" (Prov. 14,6).
Quand, après avoir longtemps combattu contre le démon, ce compagnon de notre argile, nous l'avons expulsé de notre cœur, le tourmentant avec la pierre du jeûne et le glaive de l'humilité, alors ce misérable se cache dans notre corps comme une sorte de ver, et s'efforce de nous souiller, en excitant en nous des mouvements contraires à la raison et inconvenants.
Le combat se définit comme une confrontation, à égalité de forces avec l'adversaire, où l'âme, selon le choix de sa volonté, remporte la victoire ou subit une défaite.

L'orgueil est la source de bien des tentations ultérieures

Habituellement, ce sont ceux qui ont cédé au démon de l'orgueil qui subissent ces choses ; parce qu'ils ne voient plus continuellement dans leur cœur des pensées impures, ils sont enclins à cette autre passion (de l'orgueil). Et pour qu'ils soient convaincus de la vérité de mes paroles, qu'ils s'examinent avec discernement quand ils jouiront d'une certaine hésychia ; ils découvriront certainement alors quelque pensée dissimulée dans les profondeurs de leur cœur comme un serpent dans du fumier, leur suggérant qu'ils sont arrivés par leur propre effort et par leur zèle à un certain résultat en fait de pureté du cœur. Ils ne pensent pas, les malheureux, à cette parole: "Qu'as-tu que tu n'aies reçu comme un don gratuit, soit de Dieu lui- même, soit grâce à l'aide et aux prières des autres ?' (cf. I Cor. 4,7). Qu'ils s'examinent donc, et qu'ils mettent tout leur zèle à expulser ce serpent de leur cœur, le tuant par beaucoup d'humilité.

De la sorte, lorsqu'ils s'en seront débarrassés, ils pourront, en temps voulu, être dépouillés de leurs tuniques de peau (cf. Gen. 3,21), et comme jadis les chastes enfants (cf. Mt. 21,15), chanter au Seigneur l'hymne de victoire de la pureté ; pourvu que, une fois dépouillés, ils ne se retrouvent pas nus, démunis de cette absence de malice et de cette humilité qui sont naturelles aux enfants (cf. Gen. 3,10).

Il faut lutter contre les tentations aussi avec le corps

Ce démon, plus que tout autre, est à l'affût des moments favorables. Et quand il ne nous est pas possible de prier avec notre corps pour nous en préserver, c'est alors surtout que cet impie entreprend de nous combattre.

Ceux qui n'ont pas encore obtenu la vraie prière du cœur, trouveront de l'aide dans l'effort douloureux de la prière corporelle ; je veux dire étendre les mains, se frapper la poitrine, lever vers le ciel un regard limpide, gémir profondément, faire sans répit des métanies.

Mais souvent la présence d'autrui nous rend ces gestes impossibles, et c'est pourquoi les démons en profitent pour nous combattre surtout à ce moment-là. Et comme nous n'avons pas encore la force de résister à nos adversaires par la fermeté de l'intellect et la puissance invisible de la prière, nous faiblissons nécessairement devant eux. Si cela t'est possible, retire-toi aussitôt à l'écart. Cache-toi un moment dans quelque endroit secret. Élève en esprit tes yeux vers le ciel, si tu le peux ; sinon fais-le au moins corporellement. Reste immobile, les mains étendues en forme de croix, afin de confondre et de vaincre Amalec par ce signe (cf. Ex. 17,11-13). Crie vers celui qui a le pouvoir de sauver, sans employer de phrases compliquées, mais avec d'humbles paroles ; dis de préférence pour commencer : "Aie pitié de moi, car je suis sans force" (Ps. 6,3). Alors tu connaîtras par expérience la puissance du Très-Haut, et par un secours invisible, tu mettras invisiblement en fuite ces ennemis invisibles.

Celui qui prend l'habitude de combattre de cette façon, sera bientôt capable de mettre ses ennemis en fuite uniquement par des moyens spirituels ; car cette seconde manière est donnée en retour par Dieu à ceux qui pratiquent la première, et c'est à bon droit.

Saint Jean Climaque (3)

Notes (1) Cet article était paru en février 2003 dans le numéro 310 du Bulletin de la Crypte
il est mis en ligne à quelques jours du commencement du carême de l'Avent 2011.
(2) "Nous avons vu la vraie lumière" ed. Âge d'Homme p. 101
(3) "L'Échelle sainte" Editions de Bellefontaire, coll. Spiritualité orientale, n° 24, traduction du Père Placide Deseille, pp. 171-174

 
 
 
 
 
Analyse d'audience