Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Ahmet le CalligrapheSaint Ahmet le Calligraphe (†1682)
no-martyr Constantinople
Fête le 3 mai


Ahmet était originaire de Constantinople et avait été élevé dans la religion musulmane par ses parents. Il occupait la charge de second scribe dans la chancellerie du sultan et jouissait d'une position sociale avantageuse.

N'étant pas marié, il avait pris pour concubine, conformément à la loi musulmane, une de ses esclaves chrétiennes, originaire de Russie. Une autre captive russe, vieille femme très pieuse, avait coutume d'aller à l'église les jours de fêtes et d'en rapporter à sa compagne une part d'antidoronet de l'eau bénite. Un jour de fête Ahmet remarqua que la bouche de la jeune femme exhalait un parfum délicieux.

Il lui demanda ce qu'elle avait mangé, et celle-ci, après de nombreuses instances, lui répondit qu'elle n'avait rien mangé d'autre que le pain béni par le prêtre, apporté par la vieille femme.

Ahmet fut alors saisi d'un ardent désir de voir comment les chrétiens reçoivent ce pain et quels sont les rites pratiqués dans leurs églises. Il s'habilla à la façon des chrétiens et se rendit à l'église du Patriarcat, pour y suivre discrètement la Divine Liturgie. Au moment de la Grande Entrée, il vit le prêtre qui portait le calice, tout lumineux et marchant sans toucher terre.

Lorsque le patriarche bénit le peuple, il aperçut des rayons de lumière jaillir de ses mains et aller toucher la tête des fidèles, tandis que lui seul restait privé de cette lumière divine. Ahmet crut alors de toute son âme et, sans hésitation, il commença à confesser la supériorité de la foi chrétienne devant ses confrères.

Le calligraphe de troisième rang, qui briguait la place d'Ahmet incita contre lui le chef de la chancellerie et le reste du personnel.

Dans son Néomartyrologe, saint Nicodème écrit qu'il fut baptisé et resta chrétien en secret jusqu'au jour où, assistant à un banquet avec de hauts dignitaires ottomans, on lui demanda de prendre part à la discussion et de dire quelle était à son avis la meilleure chose du monde. Soudain rempli de zèle divin, Ahmet clama d'une voix forte que la meilleure chose au monde est la foi en Jésus-Christ. Les convives se jetèrent aussitôt sur lui avec rage et le traînèrent chez le juge qui prononçala sentence de mort.

Livré au tribunal et interrogé, Ahmet répondit qu'il avait effectivement embrassé la foi chrétienne à la suite d'une révélation, et qu'il souhaitait de tout son cœur à ses confrères de réaliser à leur tour la tromperie musulmane. Le juge irrité le fit jeter en prison, avec les détenus de droit commun, et donna l'ordre de le laisser sans nourriture ni boisson pendant six jours entiers. Comparaissant de nouveau, au terme de ce délai, Ahmet déclara que ce jeûne avait achevé de le purifier, et que le Christ lui avait révélé les plus profonds mystères de la foi et l'avait si fortement confirmé dans sa résolution qu'il serait plus facile au magistrat de pétrir des pierres et du fer de ses mains, plutôt que de le faire changer d'opinion. Il fut alors traduit devant le sultan lui-même et, aux menaces d'exécution par décapitation, il répondit qu'une telle mort serait pour lui le comble de la joie. Le sultan prononça aussitôt la sentence de mort, et Ahmet fut décapité, le 3 mai 1682, recevant le baptême dans son propre sang, sous le nom de Christodule. Son corps fut jeté sur le rivage, en un endroit qui resta illuminé pendant plusieurs jours par une lumière surnaturelle.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour