Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Alexandre NevskySaint Alexandre Nevsky grand-prince russe (1220-1263)

Fête au 23 novembre

Le 23 novembre, l'Église fait mémoire Mémoire du saint grand-prince Alexandre de la Neva.
À l'époque la plus critique de l'histoire mouvementée du peuple russe, saint Alexandre brilla par son courage et ses vertus de chef d'état chrétien. Énergique, vaillant, défenseur de la foi et de la justice, il reçut de Dieu la mission d'offrir sa vie au service de son peuple assailli de toutes parts. Fils de Iaroslav Vsevolodovitch, prince de Pereïaslavl-Zalesski, au nord de Moscou, saint Alexandre naquit en 1220. Dès son plus jeune âge, le prince fut initié au métier des armes et à l'art du gouvernement par son père, mais il apprit aussi à user ­de l'un et de l'autre avec sagesse et modération pour la cause de la piété et de la justice, grâce à la fréquentation assidue de l'église et à la méditation des saintes Écritures. Alexandre était si beau, si vaillant et se comportait avec un tel esprit évangélique, qu'il faisait l'admiration même de ses ennemis.

En 1228, âgé à peine de dix ans, il était devenu, avec son frère aîné Théodore, prince de la fière et grande ville de Novgorod. Il fit de bonne heure l'expérience des difficultés du gouvernement, car les habitants de la ville étaient divisés par des luttes fratricides, qui opposaient les riches au pouvoir et les pauvres écrasés par les taxes et la tyrannie des notables. En 1231, cette situation fut aggravée par une terrible famine et un hiver exceptionnellement rigoureux, qui firent de nombreuses victimes. Le jeune prince manifesta alors ses vertus chrétiennes en ouvrant toutes ses réserves et en venant en aide personnellement aux riches comme aux pauvres. Il se fit ainsi aimer de ses sujets et put, peu à peu, imposer son autorité aux habitants qui avaient refusé jusque-là de le reconnaître. Ami du clergé, des moines et des pauvres, il consacrait toute son énergie à la sauvegarde de sa ville menacée.

Depuis 1223, les Tatares (Mongols), venus des steppes d'Asie centrale, avaient envahi et ravagé d'immenses territoires et, entre 1237 et 1239, ils déferlèrent sur la Russie, massacrant la population et pillant tout ce qui se trouvait sur leur passage. Ils s'emparèrent de Vladimir, mais s'arrêtèrent à environ cent kilomètres de Novgorod pour se diriger vers Kiev qu'ils réduisirent en cendres. Ils se fixèrent ensuite dans la partie sud-est de la Russie, sur un territoire d'une grande importance stratégique, la Horde d'Or (1) qui contrôlait l'accès à la mer Noire, au Caucase et à l'Asie centrale. Ils soumirent pour plus de deux cents ans les principautés russes à de très lourds tributs, les menaçant constamment de meurtrières invasions en cas de rébellion.

Devenu seul prince de Novgorod à la mort de son frère en 1236, Alexandre eut à affronter un danger plus pressant encore venu d'Occident : le royaume de Suède, celui de Lituanie et les chevaliers teutoniques (2) faisaient en effet converger leurs efforts pour s'emparer des principautés russes affaiblies par l'invasion mongole et par leurs divisions. Le 15 juillet 1240, Alexandre fut contraint de réunir une faible armée pour s'opposer à une violente et massive incursion des Suédois. Mais la veille au soir, saints Boris et Gleb apparurent sur un mystérieux bateau descendant la Neva, en exhortant les rameurs célestes à se hâter pour venir au secours de leur « parent, Alexandre ». Encouragés par cette apparition et assistés par la Mère de Dieu, le jeune prince et ses hommes infligèrent alors une défaite écrasante à leurs ennemis, c'est ce qui lui valut le surnom d'Alexandre « de la Neva ». Malgré cette victoire, le peuple de Novgorod, à nouveau divisé, expulsa quelque temps après son héros. Mais lorsque, l'année suivante, les chevaliers teutoniques, qui s'étaient emparés de Pskov, menacèrent de prendre Novgorod, on rappela en hâte Alexandre qui, sans rancune, accourut au secours de son peuple et remporta une nouvelle victoire sur les eaux glacées du lac Peïpous (5 avril 1242). Il fut alors accueilli triomphalement à Novgorod et passa les quatre années suivantes à s'opposer aux incursions répétées des Lituaniens, qu'il repoussa définitivement, en 1245, près de Vitebsk.

À la mort de son père, en 1246, Alexandre fut convoqué à la Horde d'Or, auprès du khan tatare avec les autres princes russes.

L'usage voulait qu'en rendant hommage au souverain mongol, on se soumît aussi aux rites païens, sous peine de mort(3) .

Alexandre le savait, mais il ne voulait pour rien au monde trahir la sainte foi, aussi se prépara-t-il à la mort. Arrivé devant le khan, il s'inclina respectueusement devant son suzerain, mais refusa de se soumettre au rite païen, en disant : "Majesté, je te rends honneur car Dieu t'a octroyé la souveraineté, cependant je ne peux vénérer les idoles, car je suis chrétien et j'adore le seul Dieu en trois Personnes, le Créateur du ciel et de la terre !" Le khan, impressionné par son courage et ayant été mis au courant des exploits du saint prince, ordonna qu'on ne lui fît aucun mal, et il lui offrit une hospitalité pleine d'égards. De là, Alexandre et son frère André furent envoyés auprès du grand khan, à Qaraqorum, aux extrêmes confins de la Mongolie. Alexandre revint à Novgorod en 1251, épuisé et malade après ce long voyage, mais ayant été confirmé prince de Novgorod et de Kiev, et en ayant acquis la confiance des occupants.
En 1252, André, prince de Vladimir, se révolta contre les Tatares et s'allia aux Suédois, exposant la Russie à de terribles représailles. Alexandre se rendit de nouveau à la Horde d'Or et put éviter l'invasion. Il racheta de nombreux prisonniers avec les réserves de l'État et, ayant obtenu le pouvoir sur toute la Russie, il entreprit de rassembler le peuple de Kiev dispersé. Par la suite, il se rendit une troisième, puis une quatrième fois auprès du khan pour intercéder en faveur de son peuple rebelle aux lourdes taxes et au recensement fiscal imposés par les Tatares.

À la même époque, le saint prince dut résister aux menaces persistantes de l'Ouest. Le pape de Rome, Innocent IV, avait envoyé des missionnaires vers les principautés russes pour convertir le peuple orthodoxe à la foi romaine, mais Alexandre réagit fermement en repoussant les dogmes étrangers à la tradition apostolique transmise au peuple russe par l'intermédiaire de Byzance. Les puissances catholiques levèrent alors une véritable croisade contre lui. En 1256, Suédois, Danois, Finnois et chevaliers allemands se précipitèrent vers Novgorod, mais Alexandre repoussa la coalition et occupa même la Finlande.

En 1260, les tributs exigés par les Mongols augmentèrent à nouveau et ceux qui ne pouvaient pas s'en acquitter étaient pris comme esclaves par les mercenaires chargés du recouvrement des impôts. On enrôlait également de force de nombreux Russes pour servir dans la campagne engagée par le khan en Perse. Saint Alexandre partit à nouveau en mission à Saraï, obtint l'allégement des taxes et put éviter la conscription obligatoire. Mais, épuisé par le voyage et la maladie, il mourut en route, le 14 novembre 1263, après avoir revêtu le Grand Habit monastique sur son lit de mort, sous le nom d'Alexis.

De nombreux miracles et apparitions eurent lieu auprès de son tombeau, particulièrement à la veille des grandes victoires des Russes contre les Mongols en 1380, 1552 et 1572. En 1380, à la veille de la grande bataille de Koulikovo, les reliques de saint Alexandre furent trouvées intactes. Son culte se développa au sein du peuple, et il fut officiellement reconnu lors du Concile de Moscou de 1547. En 1721, à la suite de sa victoire contre la Suède, le tsar Pierre le Grand fit procéder à la translation des reliques de saint Alexandre à Saint-Pétersbourg, dans l'église principale de la laure qui lui avait été dédiée, et il le proclama protecteur du peuple russe.(4)

Notes
(1) Avec Saraï pour capitale, sur la Volga ; alors que la capitale du grand khan se trouvait à Qaraqorum, en Asie Centrale.

(2) Ordre monastique militaire qui occupait les rives de la Baltique entre la Pologne et la Finlande, et qui avait pour mission la conversion forcée des peuples slaves et baltes au catholicisme romain.

(3) C'est en refusant de se soumettre à ce rite idolâtre que S. Michel de Tchernigov souffrit le martyre, le 20 décembre 1246.

(4) La mémoire de cette translation est célébrée le 30 août.


Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour