Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

André le Premier appeléSaint André le Premier appelé, martyr (†62)

Fête au 30 novembre

Le 30 novembre l'Église fête la mémoire du saint, glorieux et illustre Apôtre André le premier appelé.

André était originaire de la ville de Bethsaïde (1) était le frère de Pierre. Contrairement à Pierre qui était marié, il avait préféré garder la virginité et habitait dans la maison de son frère à Capharnaüm. Les deux frères exerçaient la profession de pêcheurs. Ils observaient tous les préceptes de la Loi. Quand Jean le Baptiste répandit son appel au repentir, André accourut vers lui, abandonna tout ce qui le retenait au monde et devint son disciple.

Après avoir baptisé Jésus, Jean s'entretenait un jour avec André et un autre disciple(2) et, leur montrant Jésus qui passait non loin de là, il leur dit : "Voici l'Agneau de Dieu !"(3). André fut ainsi le premier à reconnaître le Christ, c'est-à-dire le Messie en la persone de Jésus et à l'annoncer à Pierre, c'est pourquoi il reçut le surnom de Premier appelé.( )

André suivit le Seigneur partout où il allait, par villes et villages, montagnes et déserts, afin de s'abreuver au fleuve d'eaux vives de ses paroles. Il était présent lors de la multiplication des pains et vint intercéder auprès du Seigneur, pour qu'il nourrisse aussi d'aliment terrestre les cinq mille hommes qui l'écoutaient. André était lié d'amitié avec saint Philippe, qui était originaire comme lui de Béthsaïde. Lorsque certains Hellènes demandèrent à Philippe à voir Jésus, Philippe alla le rapporter à André, qui jouissait d'une plus grande familiarité auprès du Maître (Jn 12,20). En effet, après les trois Apôtres Pierre, Jacques et Jean, témoins des révélations les plus sublimes sur la divinité du Seigneur Jésus, saint André exerçait non pas une autorité, mais une certaine priorité sur les autres disciples.

Le Premier-appelé fut témoin des événements de la Passion du Christ et assista avec les autres Apôtres à ses apparitions après sa Résurrection. Lors de la Pentecôte, il reçut la plénitude de la grâce du Saint-Esprit et se vit attribuer par le sort l'évangélisation des côtes de la mer Noire, de la Bithynie, de la Thrace et de la Grèce (Macédoine, Thessalie et Achaïe). Fidèle aux recommandations du Seigneur, il ne prit avec lui ni bourse, ni besace, ni bâton (Mt 5) et s'en alla sur les chemins pour proclamer la Bonne Nouvelle du Salut. Il est impossible de rapporter combien d'épreuves il dut affronter: privations de toutes sortes, maladies, dangers des brigands, mauvais traitements de la part des incrédules et des païens ...

Où qu' il se rendît, le Saint-Esprit l'accompagnait, parlait par sa bouche, accomplissait prodiges et guérisons, lui donnait la patience et la joie dans les épreuves. Et c'était cette puissance de Dieu habitant en lui qui attirait les foules à la foi. Après avoir illuminé les intelligences par sa prédication, il faisait renaître les âmes par le bain du saint baptême, faisait bâtir des églises et y organisait la louange de Dieu, ordonnait des prêtres et consacrait des évêques pour diriger ces nouvelles communautés.

Saint André se rendit d'abord à Amisos (auj. Samsum) sur le littoral de la mer Noire et y convertit un grand nombre de juifs, puis guérit par la puissance de Dieu ceux qui souffraient de diverses maladies. Après avoir poursuivi sa mission à Trébizonde et Lazique, il retourna pour Pâques à Jérusalem. De là, il partit, avec saint Jean le Théologien, pour Éphèse et évangélisa quelque temps les régions occidentales de l'Asie Mineure. En remontant vers la Propontide et prêchant dans les villes de Nicée, Nicomédie, Chalcédoine, Héraclée du Pont et Amastris, il dut affronter à de nombreuses reprises les partisans fanatiques des cultes idolâtres et les sophistes aux raisonnements trompeurs, mais il confondit les uns et les autres par sa sagesse et par ses miracles. Parvenu à Sinope, il délivra par sa prière l'Apôtre Matthias de ses chaînes, mais il fut capturé à son tour par les païens en furie et subit de nombreux tourments: jeté à terre, frappé de toutes parts, il eut même un doigt arraché d'un coup de dents. Dans toutes ces épreuves, saint André ne cherchait ni à fuir ni à se défendre, mais endurait tout avec patience en imitant son Maître, l'Agneau de Dieu, venu sur terre pour souffrir et ôter les péchés du monde. Devant sa constance, sa longanimité pour ses bourreaux et les nombreux miracles qu'il accomplissait, les habitants de Sinope se repentirent, lui demandèrent pardon et reçurent le saint baptême.

André établit un évêque et des prêtres à Sinope, puis il repartit pour les villes du Pont qu'il avait déjà évangélisées, afin de les confirmer dans la foi. Il poursuivit sa prédication et réfuta les sages païens dans les villes de Néocésarée et de Samosate, avant de se rendre, une nouvelle fois, à Jérusalem pour le concile qui réunit les apôtres au sujet de la réception des païens dans l'Église (Act 15,6). Après la fête de Pâques, il accompagna quelque temps Matthias et Thaddée jusqu'aux confins de la Mésopotamie, puis partit évangéliser les régions barbares à l'orient de la mer Noire, au sud de l'Ukraine actuelle. Il redescendit ensuite vers la Thrace et illumina les cœurs des habitants de la petite ville de Byzance par sa prédication.

Il y fonda une église dédiée à la Mère de Dieu et y laissa Stachys [fête le 31 octobre], un des soixante-dix Disciples, comme évêque. Par la suite, il poursuivit son infatigable périple en Thrace, Macédoine et Thessalie, et parvint enfin à la ville de Patras, dans le Péloponnèse.( )

Le saint Apôtre y convertit la propre épouse du proconsul romain, Maximilla, en la guérissant d'une maladie incurable. Il répandit ses bienfaits sur les autres habitants et constitua rapidement une large communauté de disciples du Christ. Pendant l'absence du proconsul Égéatus, il convertit aussi son frère et remplaçant, Stratoclès. À son retour, Égéatus entra dans une grande colère en constatant que le christianisme avait progressé jusque dans sa propre maison, et il fit arrêter l'Apôtre. De sa prison, André continuait sa prédication et il ordonna Stratoclès évêque de Patras. Quelques jours après, la sentence fut prononcée sans jugement, et saint André fut attaché par des cordes à une croix et non cloué, de manière à prolonger son supplice( ).

Aujourd'hui saint André reste le protecteur de Constantinople/Istanbul, siège du Patriarcat Œcuménique.

Note
auj. al-Tell, située sur la rive nord-est du lac de Tibériade.

Probablement Jean le Théologien.

 cf. Évangile de Jean ch. Ier versets 35 à 51.

D'après le récit de S. Jean. Selon S. Marc (1,14) et S. Matthieu (4, 12), cet appel des premiers disciples eut lieu quelque temps après la rencontre avec le Précurseur quand, celui-ci ayant été arrêté, ses disciples reprirent leur profession et rencontrèrent Jésus qui prêchait sur les rives du lac de Génésareth.
3. Comme pour d'autres apôtres, la tradition hagiographique a utilisé de manière sélective et avec discernement, les Actes apocryphes de l'Apôtre André, qui développent amplement ses périples missionnaires en soulignant une tendance encratite, alors très répandue, voir Écrits apocryphes chrétiens 1, «Pléiade », Paris 1997, p. 877- 974.
4. 5.

Dans les Actes anciens, après un premier séjour à Patras, où il convertit par ses miracles le proconsul Lesbios, André se rendit à Corinthe, puis à Mégare, avant de retourner à Patras.

Selon certains textes, probablement influencés par le récit du martyre de S. Pierre, André aurait été crucifié la tête en bas. La représentation de la Croix dite « de saint André », en forme de X, n'est apparue qu'à partir du XIVe siècle., en Occident.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour