Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Barnabé

Saint Barnabé apôtre (Ier siècle)
Fête le 11 juin

Actes des apôtres, chapitre IV versets 36-37 : "Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie "Fils de la consolation" , Lévite, originaire de Chypre, vendit un champ qu'il possédait, apporta l'argent, et le déposa aux pieds des apôtres.".

Dès lors,Comme saint Paul, il vécut du travail de ses mains, "est-ce que moi seul et Barnabas nous n'avons pas le droit de ne point travailler est-ce que moi seul et Barnabas nous n'avons pas le droit de ne point travailler?" (cf. Première Lettre de Paul aux Corinthiens chapitre IX verset 6)

Actes des apôtres, chapitre IX versets 36-37 : "Arrivé à Jérusalem, Saül cherchait à se joindre aux disciples, mais tous avaient peur de lui, car ils ne croyaient pas que lui aussi était un disciple.Alors Barnabé le prit avec lui et le présenta aux Apôtres ; il leur raconta comment, sur le chemin, Saül avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment, à Damas, il s’était exprimé avec assurance au nom de Jésus.
Dès lors, Saül allait et venait dans Jérusalem avec eux, s’exprimant avec assurance au nom du Seigneur."

Actes des apôtres, chapitre XI versets 19-26: "Les frères dispersés par la tourmente qui se produisit lors de l’affaire d’Étienne allèrent jusqu’en Phénicie, puis à Chypre et Antioche, sans annoncer la Parole à personne d’autre qu’aux Juifs.
Parmi eux, il y en avait qui étaient originaires de Chypre et de Cyrène, et qui, en arrivant à Antioche, s’adressaient aussi aux gens de langue grecque pour leur annoncer la Bonne Nouvelle : Jésus est le Seigneur.
La main du Seigneur était avec eux : un grand nombre de gens devinrent croyants et se tournèrent vers le Seigneur.
La nouvelle parvint aux oreilles de l’Église de Jérusalem, et l’on envoya Barnabé jusqu’à Antioche.
À son arrivée, voyant la grâce de Dieu à l’œuvre, il fut dans la joie. Il les exhortait tous à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur.
C’était en effet un homme de bien, rempli d’Esprit Saint et de foi. Une foule considérable s’attacha au Seigneur.
Barnabé partit alors à Tarse chercher Saül.
L’ayant trouvé, il l’amena à Antioche. Pendant toute une année, ils participèrent aux assemblées de l’Église, ils instruisirent une foule considérable. Et c’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de chrétiens."

Actes des apôtres, chapitre XI versets 27-30 : "En ces jours-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche.
L’un d’eux, nommé Agabus, se leva pour signifier sous l’action de l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre ; celle-ci se produisit sous l’empereur Claude.
Alors les disciples décidèrent d’envoyer de l’aide, chacun selon ses moyens, aux frères qui habitaient en Judée ;
ce qu’ils firent en l’adressant aux Anciens, par l’intermédiaire de Barnabé et de Saül."

Actes des apôtres, chapitre XII versets 24-25 : "La parole de Dieu était féconde et se multipliait.
Barnabé et Saül, une fois leur service accompli en faveur de Jérusalem, s’en retournèrent à Antioche, en prenant avec eux Jean surnommé Marc".

Actes des apôtres, chapitre XIII versets 2-6 : "Un jour qu’ils célébraient le culte du Seigneur et qu’ils jeûnaient, l’Esprit Saint leur dit : « Mettez à part pour moi Barnabé et Saül en vue de l’œuvre à laquelle je les ai appelés. »
Alors, après avoir jeûné et prié, et leur avoir imposé les mains, ils les laissèrent partir.
Eux donc, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie et de là s’embarquèrent pour Chypre ;
arrivés à Salamine, ils annonçaient la parole de Dieu dans les synagogues des Juifs. Ils avaient Jean-Marc comme auxiliaire.
Ayant traversé toute l’île jusqu’à Paphos, ils rencontrèrent un mage, un faux prophète ; c’était un juif du nom de Barjésus"

Actes des apôtres, chapitre XIII versets 45-51 : "Quand les Juifs virent les foules, ils s’enflammèrent de jalousie ; ils contredisaient les paroles de Paul et l’injuriaient.
Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance :
« C’est à vous d’abord qu’il était nécessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations païennes.
C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants.
Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région.
Mais les Juifs provoquèrent l’agitation parmi les femmes de qualité adorant Dieu, et parmi les notables de la cité ; ils se mirent à poursuivre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoires.
Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium."

Actes des apôtres, chapitre XIV versets 1-7 : "À Iconium, la même chose se produisit : Paul et Barnabé entrèrent dans la synagogue des Juifs, et parlèrent de telle façon qu’un grand nombre de Juifs et de Grecs devinrent croyants.
Mais ceux des Juifs qui avaient refusé de croire se mirent à exciter les païens et à les monter contre les frères.
Paul et Barnabé séjournèrent là un certain temps. Ils mettaient leur assurance dans le Seigneur : celui-ci rendait témoignage à l’annonce de la parole de sa grâce, et il leur donnait d’accomplir par leurs mains des signes et des prodiges.
La population de la ville se trouva divisée : les uns étaient pour les Juifs, les autres pour les Apôtres.
Il y eut un mouvement chez les non-Juifs et chez les Juifs, avec leurs chefs, pour recourir à la violence et lapider Paul et Barnabé.
Lorsque ceux-ci s’en aperçurent, ils se réfugièrent en Lycaonie dans les cités de Lystres et de Derbé et dans leurs territoires environnants.
Là encore, ils annonçaient la Bonne Nouvelle."

Actes des apôtres, chapitre XIV versets 8-15 : "Or, à Lystres, il y avait un homme qui était assis, incapable de se tenir sur ses pieds. Infirme de naissance, il n’avait jamais pu marcher.
Cet homme écoutait les paroles de Paul. Celui-ci le fixa du regard et vit qu’il avait la foi pour être sauvé.
Alors il lui dit d’une voix forte :
« Lève-toi, tiens-toi droit sur tes pieds. » L’homme se dressa d’un bond : il marchait.
En voyant ce que Paul venait de faire, les foules s’écrièrent en lycaonien : « Les dieux se sont faits pareils aux hommes, et ils sont descendus chez nous ! »
Ils donnaient à Barnabé le nom de Zeus, et à Paul celui d’Hermès, puisque c’était lui le porte-parole.
Le prêtre du temple de Zeus, situé hors de la ville, fit amener aux portes de celle-ci des taureaux et des guirlandes. Il voulait offrir un sacrifice avec les foules.
Informés de cela, les Apôtres Barnabé et Paul déchirèrent leurs vêtements et se précipitèrent dans la foule en criant :

« Pourquoi faites-vous cela ? Nous aussi, nous sommes des hommes pareils à vous, et nous annonçons la Bonne Nouvelle : détournez-vous de ces vaines pratiques, et tournez-vous vers le Dieu vivant, lui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qu’ils contiennent.

Actes des apôtres, chapitre XV, versets 1-12 : "Des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. »
Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question.
L’Église d’Antioche facilita leur voyage. Ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des nations, ce qui remplissait de joie tous les frères.
À leur arrivée à Jérusalem, ils furent accueillis par l’Église, les Apôtres et les Anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.
Alors quelques membres du groupe des pharisiens qui étaient devenus croyants intervinrent pour dire qu’il fallait circoncire les païens et leur ordonner d’observer la loi de Moïse.
Les Apôtres et les Anciens se réunirent pour examiner cette affaire.
Comme cela provoquait une intense discussion, Pierre se leva et leur dit :
« Frères, vous savez bien comment Dieu, dans les premiers temps, a manifesté son choix parmi vous : c’est par ma bouche que les païens ont entendu la parole de l’Évangile et sont venus à la foi.
Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage en leur donnant l’Esprit Saint tout comme à nous ;
sans faire aucune distinction entre eux et nous, il a purifié leurs cœurs par la foi.
Maintenant, pourquoi donc mettez-vous Dieu à l’épreuve en plaçant sur la nuque des disciples un joug que nos pères et nous-mêmes n’avons pas eu la force de porter ?
Oui, nous le croyons, c’est par la grâce du Seigneur Jésus que nous sommes sauvés, de la même manière qu’eux. »
Toute la multitude garda le silence, puis on écouta Barnabé et Paul exposer tous les signes et les prodiges que Dieu avait accomplis grâce à eux parmi les nations.

Actes des apôtres, chapitre XV, versets 36-40 : "Quelque temps après, Paul dit à Barnabé : « Retournons donc visiter les frères en chacune des villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir où ils en sont. »
Barnabé voulait emmener aussi Jean appelé Marc.
Mais Paul n’était pas d’avis d’emmener cet homme, qui les avait quittés à partir de la Pamphylie et ne les avait plus accompagnés dans leur tâche.
L’exaspération devint telle qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Barnabé emmena Marc et s’embarqua pour Chypre.
Paul, lui, choisit pour compagnon Silas et s’en alla, remis par les frères à la grâce du Seigneur."

Abordant à Salamine de Chypre, Barnabé reprit ses prédications, faisant de nombreuses conversions, jusqu'au jour où des Juifs, venus de Syrie, répandirent dans le peuple des rumeurs selon lesquelles Barnabé prêchait des mensonges. Ayant appris ce complot et informé de ce qui allait lui advenir, le saint apôtre célébra la Divine Liturgie ; puis, prenant Marc à part, il lui annonça sa mort prochaine, lui désigna le lieu où il devrait l'enterrer, et lui recommanda d'aller ensuite annoncer à saint Paul la nouvelle. Il se rendit alors à la synagogue et proclama avec des paroles de feu que Jésus est bien le Fils du Dieu vivant. Grinçant des dents, les Juifs de Syrie se saisirent de lui et l'enfermèrent dans un endroit obscur. Le soir même, ils l'en tirèrent pour le traîner hors de la ville, où ils le lapidèrent, comme saint Étienne le Premier-Martyr, puis ils jetèrent son corps dans un brasier (en l'an 51). Mais il fut préservé par la grâce de Dieu, et Marc put l'enterrer comme convenu, puis il se rendit à Éphèse, où il raconta à Paul le martyre de Barnabé.

En 488, sous le règne de l'empereur Zénon, le saint apôtre Barnabé apparut en vision à l'évêque de Salamine, Anthémios, et lui révéla le lieu où son corps se trouvait caché. L'évêque s'y rendit aussitôt et trouva, dans la grotte indiquée par le saint, le cercueil où se trouvait son corps intact, et sur la poitrine duquel reposait un exemplaire en grec de l'Évangile de saint Matthieu, que l'apôtre avait copié de sa main. Grâce à ce miracle qui manifestait son origine apostolique, l'Église de Chypre put obtenir de l'empereur la confirmation de l'autocéphalie qui lui avait été octroyée en 431 par le Concile d'Éphèse.

Source  : site Traduction liturgique de la Bible
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour