Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Bertrand

Saint Bertrand (553-623) évêque du Mans

Fête le 30 juin

Comme beaucoup d'évêques de son temps en occident, vénérés par l'Orthodoxie, saint Bertrand est surtout reconnu pour son rôle bienfaisant au service de la société. Son père appartenait à la famille des comtes d'Aquitain et possédait une "villa" à proximité de Rouen, où il naquit en 553.

Il reçut la tonsure cléricale à Tours. Disciple de saint Germain de Paris (496-576), il étudia sous sa direction à l'école de la cathédrale de Paris et reçut l'ordination de lui. Après sa mort, il fut élu archidiacre de l'Église de Paris et le demeura pendant dix ans.

En 586, au Mans, il fut appelé pour succéder à l'évêque infâme Badégisile. Celui-ci, ancien maire du Palais sous Chilpéric, s'était emparé du trône épiscopal l'année précédente. "Très cruel envers le peuple, dit Grégoire de Tours, il enlevait et pillait les biens de diverses personnes. Son épouse le dépassait en férocité..."

En 588, le roi Gontran de Bourgogne envoya Bertrand aux Bretons comme ambassadeur.

En 590, Bertrand est chargé de restaurer l'unité au sein de l'abbaye Sainte-Croix (1) qu'avait fondée sainte Radegonde à Poitiers.

En 595, il fonda l'abbaye de Saint-Pierre-Saint-Paul de la Couture. Il contruisit divers monastères : l'un dédié à saint Germain, un autre en l'honneur de saint Martin, avec un hospice. Il érigea l'église de Sainte-Croix au Mans.

Le Regnum Francorum était alors divisé, principalement entre les royaumes rivaux de Neustrie et Austrasie. Leur opposition culmina avec la guerre fratricide de 573-613, attisée par la haine des deux reines Frédégonde et Brunehaut. Saint Bertrand, évêque neustrien dépendait du sort de son roi, Clotaire II. Il fut même amené pour cela à quitter son diocèse, en deux occasions, avant d'être associé à la victoire de Clotaire II qui régnera sur un pays unifié de 613 à 629.

En 614 il participe au concile national de Paris. Cette réunion de 77 évêques, convoqués par le roi en la basilique Sainte-Geneviève affirme les règles de liberté des élections épiscopales, les privilèges ecclésiastiques, la soumission des clercs à l'évêque du lieu et l'inviolabilité des biens de l'Église.

Gisanat de saint Bertrand en l'abbaye de La CoutureEn 616, il signa son testament, qui nous a été conservé. Il est considéré comme un des documents les plus précieux de l'époque mérovingienne. Il y répartit ses biens considérables entre l'Église du Mans, la Couture, Saint-Martin-de-Pontlieue, Saint-Germain-lès-le-Mans, l'Église de Metz, d'autres Églises encore, Clotaire II, la reine, sa famille, ainsi que ses deux fidèles serviteurs, ni ses autres "fidèles".

Protecteur des pauvres et des moines, ce bienfaisant prince de l'Église mourut le 30 juin 623, après 37 ans d'épiscopat. Il fut enterré en l'abbaye Saint-Pierre-Saint-Paul de la Couture.

Notes

(1) Le nom d'origine du monastère, lors de la fondation en 552 par la reine Radegonde était "Notre Dame". En 567, l'empereur de Constantinople lui envoya des fragments de la Croix, d'où la nouvelle appellation. En 589, les nonnes, menées par Basine, fille de Chilpéric Ier, et Chrotielde, fille de Caribert Ier, se révoltent contre l'autorité de leur abbesse. Demandant de l'aide aux rois mérovingiens, elles sont excommuniées et sommées de retourner à leur vie monastique.

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour