Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Conon d'Isaurie
Martyr et Thaumaturge (Ier siècle)

Fête le 5 mars

Le 5 mars, nous célébrons la mémoire du saint martyr Conon d'Isaurie, le Thaumaturge.

Saint Conon vivait au temps des Apôtres dans la cité de Bidane, en l'Isaurie'(1). Il fut initié à la foi par l'Archange Michel qui lui apparut revêtu d'un costume resplendissant, le baptisa au nom de la Sainte Trinité et le fit communier aux saints Mystères. Pendant tout le reste de sa vie, le saint Archange ne cessa de l'assister et lui donna le pouvoir d'accomplir des miracles. Ce fut sous son inspiration que, contraint par ses parents de prendre épouse, Conon réussit à convaincre sa compagne, Anne, de vivre comme frère et sœur, afin de cultiver ensemble la fleur incorruptible de la virginité. Par l'exemple de cette vie sainte et de ses paroles, il réussit à convertir ses parents, et il semble que son père, Nestor, remporta la couronne du martyre après avoir confessé le Christ.

À la veille de célébrer une de leurs fêtes impies dans une caverne située assez loin de la ville, des idolâtres s'en prirent au saint. Afin de faire trêve de vaines disputes, ils s'entendirent pour rivaliser de vitesse vers la grotte, le premier arrivé démontrant la supériorité de son dieu. Saint Conon partit à pied ; mais, assisté par l'Archange Michel, il Y parvint le premier, frais et dispos, bien avant les païens qui, montés sur leurs chevaux, n'arrivèrent que bien plus tard, essoufflés et en sueur. Stupéfaits devant ce miracle, ils n'en demeurèrent pas moins endurcis dans leur impiété, et voulurent apprendre de leur idole, elle-même, quel dieu était le plus grand. Sur l'ordre du saint, le démon qui se cachait dans l'idole vint se prosterner à ses pieds en confessant: "Un est le vrai Dieu, le Christ que tu proclames!"

Les païens s'écrièrent alors à haute voix: "Oui, Un est le vrai Dieu, le Dieu de Conon. C'est le Dieu de Conon qui a vaincu!"

Dans la suite des temps, c'était par cette acclamation que les habitants d'Isaurie célébraient chaque année la mémoire de leur saint patron.

On raconte que saint Conon avait acquis, grâce à sa virginité et à l'assistance de l'Archange Michel, une telle puissance sur les démons qu'il commandait aux uns d'aller cultiver la terre comme des esclaves et qu'il en avait enfermé d'autres dans des cruches en terre cuite, qu'il avait enfouies dans les fondements de sa demeure. Lorsque le gouverneur Magnos arriva en Isaurie ayant pour mission d'exécuter les édits impériaux contre les chrétiens, saint Conon fut arrêté et conduit devant lui. Il fut cruellement flagellé, mais ne cessa pas de proclamer sa foi. En apprenant cela, le peuple, qui dans sa majorité avait embrassé la foi grâce à la prédication de Conon, se précipita dans un grand tumulte sur les lieux du supplice, en vue de délivrer le saint. Le gouverneur, craignant pour sa vie, prit la fuite, et l'on put transporter le saint tout ensanglanté dans sa maison, où il rendit paisiblement son âme au Seigneur deux années plus tard.

Peu de temps après le repos de saint Conon, les chrétiens du lieu conçurent le projet de transformer sa maison en église. Au cours des travaux, l'un d'eux trouva dans les fondations un des récipients qui contenait les esprits impurs. Voyant que la cruche était scellée et bien lourde et croyant qu'elle contenait de l'or, il l'ouvrit. Les démons en sortirent alors sous la forme d'un feu qui renversa à terre les bâtisseurs, fit s'effondrer l'église et réduisit en cendres tous les matériaux combustibles. Ils s'établirent ensuite dans ces ruines, dont nul ne pouvait s'approcher après le coucher du soleil.

Les chrétiens proclamèrent alors un jeûne et élevèrent d'ardentes supplications pour demander l'assistance du saint. Ce dernier ne tarda pas à intervenir et purifia le lieu de ce fléau.

Note : (1) Région montagneuse d'Asie Mineure située entre la Pamphylie, la Lycaonie et la Cilicie. Ses habitants étaient tristement célèbres pour leurs mœurs sauvages et guerrières.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour