Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Comas d'Étolie Saint Cosmas d'Étolie égal aux apôtres (1714-1779)

Fête au 24 août

Saint Cosmas fut un annonciateur de la lumière évangélique aux temps obscurs de la domination ottomane sur la Grèce. À ce titre, l'Église qui a reconnu sa sainteté en 1961 le déclare égal aux apôtres.

Il existe par ailleurs tout un riche florilège autour de ses apophtegmes, considérés par bien des croyants comme prophétiques.

Il naquit en 1714 dans un village appelé Taxiarchis en Étolie-Acharnanie dans une famille pieuse. Il avait reçu à son baptême le nom de Constantin. Ses parents assurèrent son éducation et consolidèrent son amour du Seigneur.

À l'âge de 20 ans il se rendit au Mont Athos pour étudier au monastère de Vatopedi, où venait de se créer une école. Après la fin de ses études, il rejoignit le monastère de Philotheou : il y devint moine sous le nom de Cosmas, puis hiéromoine.

Sensibilisé au sort de sa patrie, il restait sans repos, brûlant  nui et jours du désir de se rendre au-dehors pour enseigner aux Grecs asservis l'Écriture sainte. Cependant son humilité l'amenait à se juger incapable d'accomplir cette tâche. Guidé par l'Esprit Saint, il se rendit à Constantinople retrouver son frère Chrysanthos, qui était instituteur. Celui-ci lui donna quelques notions de rhétoriques qui l'aidèrent dans ses sermons. Puis, avec l'autorisation du patriarche Séraphim (1) il entreprit de prêcher l'émancipation de la Grèce, et d'enseigner aux chrétiens sous le joug la parole de Dieu.

Ainsi commença sa prédication à Constantinople puis en Étolie-Acharnanie. Par la suite, muni d'une nouvelle autorisation il se transporta dans le Dodécanèse et au Mont-Athos. Il la poursuivit à Thessalonique, Véria et dans toute la Macédoine. Il atteignit alors Chimarra (2). Sa prédication itinérante le mena à travers l'Épire du nord, à Leucade, à Céphallonie, à Zakinthos, à Corfou et à nouveau en Épire

Partout où il passait, on construisait des écoles et des églises et un peuple innombrable venait butiner le nectar de son saint enseignement.

À la fin, il fut dénoncé aux Turcs, lesquels le pendirent en 1779.

Ses discours étaient pleins de charme et de simplicité. Un jour il dit aux habitants d'un village : "Je suis venu auprès de vous et vous ai enseignés. Il serait logique que vous me rémunériez. Quel est mon prix ? Que vous gardiez dans votre cœur la parole de Dieu et que vous gagniez ainsi la vie éternelle !"

Sources : site Orthodoxos Synaxaristis

Notes

(1) Séraphim II, élu en 1757, fut intronisé patriarche de Constantinople lors la fête de saint André le 30 novembre 1759. Il fut destitué par le sultan Mustapha III en 1761 et rejoignit le Mont Athos. En 1769 il appela les Grecs à se soulever lors de la guerre russo-turque. Puis, après l'écrasement de l'insurrection abandonnée par les Russes, il se retira à Kiev où il mourut en 1779.

(2) Aujourd'hui rattachée à l'Albanie.

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour