Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Eudocime le Juste Saint Eudocime le Juste (Ier siècle)

Fête au 31 juillet

Il naquit en Cappadoce et vécut à l'époque de l'empereur iconoclaste Theophile (829-842). D'une famille puissante, ses parents Basile et Eudoxie l'élevèrent dans la foi orthodoxe et en confomiét avec les exigences de l'Évangile.

Evdokimos se distingua très tôt par la pratique de la morale et des vertus.

L'empereur le nomma gouverneur militaire, pour la Cappadoce d'abord, puis plus tard tout l'Empire.

Il sut faire de ses fonctions des instruments de vertu.

Il gardait non seulement la chasteté du corps, mais aussi celle des pensées et ne permit jamais à son regard de s'attarder sur le visage d'une femme, et acquit ainsi la pureté nécessaire pour se présenter pur devant Dieu. À cette chasteté, il ajoutait l'abondance des fruits de la charité et de la miséricorde à l'égard des pauvres, des veuves et des orphelins, de sorte qu'il devint un véritable vase d'élection de la grâce et une icône vivante de la vertu.

Dans son amour pour son prochain, il fuyait la médisance, et il ne se gardait pas seulement d'émettre lui-même un quelconque jugement sur autrui, mais trouvait encore toujours le moyen d'empêcher les autres de dire telle parole qui pouvait blesser le prochain. Il enseignait aussi que chacun doit plutôt apprendre à écouter qu'à parler, et il en faisait la preuve en mettant en pratique, sans beaucoup de discours, tous les commandements de Dieu.

Atteint d'une grave maladie à l'âge de trente ans, après avoir fait ses préparatifs et avoir congédié ses proches, il tourna sa prière vers Dieu, lui demandant de ne pas être glorifié après sa mort.

Malgré ce souhait, "la lampe ne pouvant rester cachée sous le boisseau", dès qu'il fut déposé dans le tombeau, tel quel, avec ses vêtements et ses chaussures, un possédé fut délivré et un enfant paralytique se releva guéri. Les miracles se multiplièrent auprès de son tombeau, en particulier au moyen de l'huile de la veilleuse qui y brûlait en permanence, mais également au loin, par l'intermédiaire de la terre de son tombeau que l'on envoyait aux malades pour en frotter leurs plaies.

Dix-huit mois après son bienheureux repos, à la requête de sa mère, on ouvrit la tombe d'Eudocime, et son corps fut trouvé absolument intact et dégageant un parfum merveilleux. Par la suite cette précieuse relique fut transférée à Constantinople et déposée dans l'église de la Mère de Dieu, que les parents du saint avaient fait édifier.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour