Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Eusèbe de SamosateSaint Eusèbe de Samosate (IVe siècle)
Fête le 22 juin

Les successeurs de Constantin, allant à l'encontre le Credo adopté à par les Pères du Premier Concile œcuménique de Nicée en 325 cherchèrent à favoriser l'arianisme.

C'est sous le règne de Constance (337-360) qu'Eusèbe fut élu évêque de Samosate en Syrie et se montra comme l'un des meilleurs défenseurs de la vraie foi. Il permit l'élection au siège d'Antioche de saint Mélèce (fête le 12 février) à laquelle l'empereur tenta de s'opposer. Deux envoyés du souverain vinrent réclamer à Eusèble le décret d'élection qui lui avait été confié, menaçant de lui trancher la main droite. Le saint évêque tendit alors ses deux poignets en leur disant "Je ne livrerai pas ce décret."

Julien l'Apostat (360-363), s'employa à restaurer le culte des idoles. Eusèbe, habillé en soldat parcourut la Syrie, exhortant les chrétiens à la fidélité et ordonnant clandestinement des prêtres et des évêques. À la mort de cet empereur saint Mélèce réunit un concile de 27 évêques qui réaffirma les dogmes de Nicée.

En 370, Eusèbe fit élire Basile le Grand évêque de Césarée en Cappadoce et leur étroite amitié permit de consolider l'unité de l'Église. Grégoire le Théologien salue en lui "la colonne et le fondement de l'Église, le luminaire du monde, la règle de la foi et l'ambassadeur de la vérité." (1)

Valens (364-378) chercha à imposer l'arianisme. Il fit exiler Mélèce en Arménie et, 374, déposa Eusèbe en Thrace alors menacée par les Goths. Successivement, deux évêques ariens furent nommé par l'empereur pour occuper le siège de Samosate où le peuple manifesta sa fidélité à l'orthodoxie.

En 378, enfin, Gratien rétablit la liberté de l'Église. Eusèbe revint à Samosate et s'employa à placer de nouveaux pasteurs sur les sièges vacants.

C'est ainsi qu'en 379, le 22 juin, entrant avec le nouvel évêque dans la ville de Dolikha il reçut une brique sur la tête lancée par une adepte de l'arianisme. Avant de mourir, priant pour ses ennemis, il exhorta le peuple à ne pas poursuivre la coupable.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos et le site Orthodoxos Synaxiristis

Note : (1) cf. Épitre 44 de saint Grégoire le Théologien, [appelé aussi Grégoire de Nazianze] PG 37,92. Dans la correspondance entre  Grégoire le Théologien et Basile de Césarée on trouve de nombreuses lettres adressées à Eusèbe.

 
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour