Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Eutyque (VIe siècle)

Confesseur, patriarche de Constantinople

Saint EutiqueNé en Phrygie vers 512, Eutyque poursuivit ses études à Constantinople. Il fut ordonné prêtre à l'âge de trente an. Il se retira au monastère d'Amasée, dont il devint higoumène.

L'empereur Justinien (527-565), soucieux d'expurger de l'Église toutes traces de l'hérésie nestorienne, réunit alors (544) un concile local dans le but de condamner, même après leur mort, Théodore de Mopsueste, Théodoret de Cyr et thas d'Édesse, nommés les « Trois Chapitres ». Le métropolite d'Amasée, empêché de se rendre à ce synode pour raison de santé, envoya Eutyque pour l'y représenter. Pendant les sessions, le pieux et savant Eutyque fit l'admiration des Pères par sa connaissance approfondie de l'Écriture sainte et par son habileté à réfuter les arguments des hérétiques. Rappelant l'exemple du roi Josias, qui avait fait déterrer et brûler les ossements des idolâtres (2 Rois 23, 16), il déclara qu'on pouvait anathématiser des morts, afin de protéger l'Église contre l'influence perverse de leur doctrine.

Au décès du patriarche saint Mènas [fête le 25 août], Eutyque fut désigné par l'empereur pour lui succéder, à la grande joie du peuple. Dès son avènement, il convainquit le souverain de réunir le Cinquième Concile Œcuménique à Constantinople (553). Présidée par saint Eutyque, en présence de 165 Pères, la sainte assemblée confirma la doctrine des quatre Conciles précédents et promulgua quatorze anathématismes condamnant les écrits de Théodore de Mopsueste, Théodoret de Cyr et Ibas d'Édesse.

Le Concile ayant été clos par une grande concélébration, les Pères se séparèrent et l'Église put jouir de la paix pendant une douzaine d'années. Mais l'empereur Justinien, toujours désireux de se rallier les monophysites, soutint une nouvelle doctrine hérétique : l'aphtartodocétisme, selon laquelle le corps du Christ aurait été impassible et incorruptible par nature et le Seigneur n'aurait, par conséquent, enduré les souffrances de la Passion que par un miracle de sa volonté. Cette hérésie remettait donc en cause la réalité même de l'Incarnation. Saint Eutyque s'opposa de toutes ses forces à la doctrine de l'empereur et de ses théologiens de cour.

Le 25 janvier 565, alors qu'il célébrait la Liturgie au palais d'Hormisdas, il fut tiré du sanctuaire par les hommes d'armes et enfermé dans un monastère de Chalcédoine. Un tribunal d'évêques complaisants à la volonté du souverain déposa le saint prélat et le condamna à l'exil, sous les prétextes risibles qu'il mangeait des viandes délicates et priait à genoux pendant de longues heures.

Après quelque temps passé dans un monastère de l'île de Prinkipo, le saint fut renvoyé dans son monastère d' Amasée, en remerciant Dieu de l'avoir jugé digne de souffrir pour la cause de la Vérité. Pendant ce séjour à Amasée, il put jouir d'une quiétude bienfaisante et accomplir de nombreux miracles pour les fidèles éprouvés qui venaient demander ses prières.

Au terme d'un exil de douze années, il fut rappelé sur le trône de Constantinople par les coempereurs Justin II et Tibère (576). Toute la cité, des plus hauts dignitaires au simple peuple, lui réserva un vibrant accueil et, sur le chemin du retour, la foule criait : "Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur !" Le saint apaisa alors par sa prière l'épidémie qui ravageait la ville depuis quelque temps et lors de la Liturgie qu'il célébra à Sainte-Sophie, il distribua la sainte Communion à la foule pendant six heures entières.

Au cours de ce second épiscopat, qui dura un peu plus de quatre ans, saint Eutyque confirma son Église dans la vraie foi, appuyant son enseignement par la puissance de ses miracles. H s'endormit en paix le dimanche de Thomas 582, après avoir prédit à l'empereur Tibère, accouru à son chevet, qu'il le suivrait quatre mois plus tard. Son corps fut inhumé sous l'autel de l'église des Saints-Apôtres, aux côtés des reliques des saints Apôtres André, Luc et Timothée.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos et le site Orthodoxos Synaxiristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour