Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Justin le Philosophe Saint Justin le Philosophe (100-165)

Fête au 1er juin

Saint Justin est né à Naplouse en Palestine, fils de Priskos Bakhios. Ses parents étaient des Grecs encore polythéistes.  Ils lui assurèrent une éducation à la fois religieuse et philosophique. Mais le paganisme laissait sans réponse les questions de son âme fervente. Le Dieu unique voyait la pureté de son âme. Un jour où Justin marchait le long de la mer, il rencontra un Ancien. Rompu à la vérité des Saintes Écritures, celui-ci lui transmit la connaissance de l'enseignement chrétien.

Il se rendit à Rome, sous le règne d'Antonin le Pieux (138-161). Il présenta à l'empereur la défense, l'Apologie de la religion chrétienne. Dans les synaxaires grecs cela lui vaut ainsi le nom de Julien l'Apologète. Il y réfute toutes les accusations colportées contre les disciples du Christ. Il y donne les plus anciennes descriptions de la sainte liturgie et démontre l'inanité du culte des idoles.

Son Dialogue avec Tryphon le Juif exprime la séparation du christianisme et du judaïsme, qui s'affirmait à l'époque, à partir du rameau spirituel hébraïque commun. Les Juifs ne sont pas encore considérés comme une nation différente du peuple chrétien, – conviction superstitieuse future de l'occident médiéval – mais comme ceux qui, ayant reçu la Loi et les Prophètes, ne croient pas à la résurrection du Christ et en ce qu'elle implique pour la nature humaine, sauvée parce qu'incarnée en Jésus.

Décapité en 165 pour avoir réaffirmé sa foi, il connaîtra ainsi la gloire du Martyre, ce qui lui vaut également l'appellation de Julien le Martyr.

source site Orthodoxos Synaxaristis

Saint Justin : Le peuple du Christ

Justin le PhilosopheNous autres, nous avons refleuri en un autre peuple, après que le Juste fut mis à mort. Nous avons germé, épis nouveaux et prospères, selon la parole des prophètes : "De nombreuses nations se réfugieront vers le Seigneur, en ce jour-là, pour faire un peuple ; et ils habiteront la terre entière". Et nous ne sommes pas seulement un peuple, mais encore un peuple saint, comme il est dit : "Ils l'appelleront peuple saint, racheté par le Seigneur".

Et voilà pourquoi nous ne sommes pas un peuple méprisable, quelque tribu barbare, mais Dieu nous a choisis, et Il est apparu à ceux qui ne l'interrogeaient pas. "Voici, dit-il, je suis le Dieu de la nation qui n'a pas invoqué mon nom". Cette nation, c'est celle que Dieu avait jadis promise à Abraham, lorsqu'il annonçait qu'il le ferait père de nombreuses nations.

Qu'a donc accordé de plus le Christ à Abraham ? Lorsque, par une semblable invitation, sa voix l'a appelé et lui a commandé de "sortir de la terre où il habitait", c'est nous tous que cette voix appelait ; et déjà nous sommes sortis de cette manière de vivre qui était la nôtre, alors que, comme l’ensemble des autres habitants de la terre, notre vie était mauvaise.

Avec Abraham, nous hériterons de la Terre sainte, nous recevrons l'héritage pour l'éternité sans fin, puisque nous sommes fils d'Abraham par la même foi. Car de même qu'Abraham eut foi dans la voix de Dieu, et que "ce lui fut imputé à justice", de même nous aussi, nous avons eu foi en la voix de Dieu qui nous a parlé à nouveau par les apôtres du Christ, et que les prophètes nous avaient annoncée ; et dans notre foi nous sommes allés jusqu'à la mort, renonçant à toutes les choses du monde. Le Christ s’est donc uni une nation ayant la même foi, pieuse et juste, faisant la joie de son Père.

Et si dans le Christ, toutes les nations sont bénies, c'est que, venant de toutes les nations, nous croyons en Lui ; c'est que Lui est le Christ, et nous, ceux qui sont bénis par lui. Dieu avait d'abord donné le soleil pour l'adorer, selon qu'il est écrit, et jamais il ne s’est trouvé quelqu’un qui ait choisi de mourir pour témoigner de sa foi au soleil. Pour le nom de Jésus, au contraire, on peut voir des hommes de toutes races qui ont consenti, et consentent encore, à tout souffrir plutôt que de le renier. Car son Verbe de Vérité et de Sagesse est plus ardent et plus lumineux que les ardeurs du soleil, et il pénètre jusque dans les profondeurs du cœur et de l'esprit. C'est pourquoi l’Écriture dit : "Son nom s'élèvera au-dessus du soleil" ; et encore : "Levant est son nom", dit Zacharie qui, parlant du même, dit : "Ils se frapperont la poitrine, tribu par tribu".

Dans son premier avènement, qui fut "sans honneur, sans beauté" et méprisé, il a montré tant d'éclat et tant de force qu'il n'est ignoré d’aucune nation, mais que partout les hommes font pénitence de leurs anciennes mauvaises manières de vivre, au point que même les démons sont soumis à son nom. Aussi dans sa parousie glorieuse, ne va-t-il pas anéantir ceux qui l'ont haï, ceux qui se sont injustement détachés de lui ? Mais les siens, il les introduira dans le repos et leur accordera tous les biens qu'ils attendent.

Dialogue avec Tryphon : 119
 

 

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour