Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Léonce de Fréjus († vers 432)
Fête le 1er décembre

statue de saint Léonce de FréjusIssu d'une noble famille gallo-romaine, Léonce est originaire de Nîmes. On pense qu'il est le frère de Castor, évêque d'Apt.

Entré dans le clergé de Fréjus, Léonce est sacré évêque en 419.

Son ami Honorat décide d'installer son nouveau monastère à Lérins pour être proche de lui.

L'évêque ordonne les prêtres que lui désigne saint Honorat, mais il n'intervient la vie de la communauté.

Saint Léonce est proche aussi de saint Jean Cassien, le fondateur de l'abbaye Saint-Victor de Marseille. C'est à lui qu'est dédiée en 422 la première série de ses Collations (Conférences), rédigées à le demande des évêques de Provence et destinées à importer en occident l'expérience mystique des  moines d'Égypte et de Palestine.

En 431, Léonce est accusé de "semi-pélagianisme", comme le sont saint Jean Cassien et les moines de Lérins.
En 529 un concile national d'Orange lancera même dans le royaume des Francs l'anathème contre cette doctrine, supposée minorer le rôle de la grâce.

Cette pseudo-hérésie, tout au long de l'Histoire divisera l'Église romaine jusqu'au début du XVIIIe siècle, où, pour mettre fin à la crise janséniste les Papes réaffirmeront enfin qu'elle n'existe pas, ce qui correspond à la doctrine orthodoxe.

Les augustiniens occidentaux stricts, en particulier Prosper d'Aquitaine (1), ont voulu voir dès le Ve siècle dans la XIIIe Conférence de saint Jean Cassien l'affirmation d'une telle doctrine, qui ne s'y trouve pas, celle du salut par l'œuvre de l'homme seul. En gros le "semi-pélagianisme" se résumerait à la formule "aide-toi le ciel t'aidera".

La sainteté de Léonce, comme celles de Cassien et d'Honorat, est la réponse à ces allégations.

Son œuvre en Provence, son apostolat en Germanie à partir de 432, la proclamation de sa sainteté par le concile d'Arles en 450 (2) sa désignation comme vicaire apostolique des Gaules lui tissent une grande gloire dans l'Histoire de l'Eglise en France.

Notes
(1) cf. "Les Pères de la Gaule chrétienne" coll. Foi Vivante N° 373 pages 229-242
(2) cf. Recherches historiques sur saint Léonce, évêque de Fréjus et patron du diocèse, par l'abbé J.-B. Disdier, Draguignan 1864, 188 pages (disponible sur le site Gallica).