Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

OnÚsimeSaint Onésime, apôtre (†95)

Fête le 15 février

Onésime est compté au nombre des 70 apôtres. Il avait été l'esclave de Philémon, un chrétien de Colosses en Phrygie. Il s'était enfui et réfugié à Rome, où il avait, en prison rencontré saint Paul.

Saint Paul l'évoque dans sa lettre à Philémon, ch. Ier, v. 8 à 20 :
… je préfère t’adresser une demande au nom de la charité : moi, Paul, tel que je suis, un vieil homme et, qui plus est, prisonnier maintenant à cause du Christ Jésus, j’ai quelque chose à te demander pour Onésime, mon enfant à qui, en prison, j’ai donné la vie dans le Christ. Cet Onésime (dont le nom signifie « avantageux ») a été, pour toi, inutile à un certain moment, mais il est maintenant bien utile pour toi comme pour moi. Je te le renvoie, lui qui est comme mon cœur. Je l’aurais volontiers gardé auprès de moi, pour qu’il me rende des services en ton nom, à moi qui suis en prison à cause de l’Évangile. Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord, pour que tu accomplisses ce qui est bien, non par contrainte mais volontiers. S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps, c’est peut-être pour que tu le retrouves définitivement, non plus comme un esclave, mais, mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé : il l’est vraiment pour moi, combien plus le sera-t-il pour toi, aussi bien humainement que dans le Seigneur. Si donc tu estimes que je suis en communion avec toi, accueille-le comme si c’était moi. S’il t’a fait du tort ou s’il te doit quelque chose, mets cela sur mon compte. Moi, Paul, j’écris ces mots de ma propre main : c’est moi qui te rembourserai. Je n’ajouterai pas que toi aussi, tu as une dette envers moi, et cette dette, c’est toi-même. Oui, frère, donne-moi cette satisfaction dans le Seigneur, fais que mon cœur trouve du repos dans le Christ.

Sous l'influence de Paul en effet, Onésime avait reconnu sa faute envers Philémon, s'était converti au christianisme, fut baptisé et sa conduite témoignait dès lors des saintes vertus.

Philémon, dont il avait été le serviteur l'accueillit comme un frère et le renvoya libre à Paul.

Après la mort de l'Apôtre (64) son principal contradicteur Tertullus persécuta Onésime à son tour.

À cette époque la controverse de Tertellus refusait le nom de chrétiens, – nom apparu à Antioche et qui professe que Jésus était le Messie (en grec : le Christ). Il les dénonçait comme adeptes de la secte subversive des « nazaréens ».

Tertullus reprochant à Onésime d'avoir abandonné son ancien maître, il répondit : « Je suis maintenant serviteur du seul vrai Maître, Jésus le Christ ! » – « Et qui a versé l'argent pour t'affranchir ? » – « C'est le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui m'a racheté au prix de son propre sang ».

Refusant de sacrifier aux idoles païennes, il fut livré à la torture. Onésime restait insensible à la douleur et joyeux d'entrer dans la gloire du martyre. Voyant que le saint attirait la sympathie par sa constance d'un grand nombre de païens, on l'exila près de Naples. Malgré l'interdiction, Onésime commença de prêcher, suscitant de nombreuses conversions. Tertullus l'apprit, le fit arrêter et ramener à Rome.

Répondant au juge avec audace, il fut alors cruellement torturé, écartelé, fouetté. Malgré cela, il se renforçait dans l'espérance des biens éternels.
Finalement, il fut mis à mort et ses restes furent recueillis par une pieuse femme de la cité.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour