Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Sabin d'Égypte

Saint Sabin d'Égypte (†287)

Fête le 16 mars

Saint Sabin était né à Hermopolis en Égypte, au sein d'une famille riche et aristocratique. Il s'était distingué par sa vie exemplaire et son engagement en faveur de la foi.
Lorsque fut déclenchée la grande persécution de Dioclétien (284-305), les soldats de l'empereur le recherchèrent. Il s'était réfugié avec six autres chrétiens, dans une petite cabane à quelque distance de la cité, où ils persévéraient dans le jeûne et la prière. Dénoncés par un mendiant à qui Sabin avait fait l'aumône, ils furent amenés, chargés d'entraves, auprès du gouverneur Arrianos en dehors de la ville.

Celui-ci, constatant l'audace du saint, le fit cruellement flageller jusqu'au sang, dans l'espoir de le faire céder. Comme il gardait le silence malgré les questions du gouverneur, un des hommes déclara que Sabin avait perdu l'esprit.

Le martyr lui répondit alors : "Il n'en est rien, j'ai toute ma raison, et c'est bien pour cela que je me refuse à abandonner le Christ pour sacrifier aux démons !"

Comme il fallait traverser le fleuve pour entrer en ville, les eaux en furent soudain violemment agitées, comme par une tempête, et le bateau sur lequel se trouvaient le gouverneur et Sabin échappa de justesse au naufrage.

Aussi, dès qu'ils furent parvenus à destination,  Arrianos fit-il comparaître le saint à son tribunal en l'accusant d'avoir employé des artifices magiques pour échapper à la justice. Il le fit étendre à terre, les membres attachés à quatre piquets, et lui fit passer sur tout le corps des torches enflammées. Mais le saint n'en cessait pas pour autant de confesser que le Christ était sa seule espérance et exhortait le gouverneur à ne pas tarder davantage pour le livrer à la mort qui allait être pour lui l'entrée dans la vie éternelle.

La sentence ayant été finalement prononcée, il fut embarqué sur un bateau jusqu'au milieu du fleuve et fut précipité dans les flots avec une lourde pierre attachée aux pieds, après avoir prédit dans une dernière prière que son corps serait retrouvé trois jours plus tard. En effet, trois jours après, des chrétiens retrouvèrent son corps sur la berge et l'ensevelirent dignement avec la pierre qui avait servi à son supplice.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos et le site Orthodoxos Synaxiristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour