Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint SerninSaint Sernin ou Saturnin
martyr et évêque de Toulouse (†vers 250)

Fête le 29 novembre

"Après l'Ascension du Sauveur, dit le martyrologue romain, au début de la prédication apostolique, Saturnin chargé de mission par saint Étienne, vint à Toulouse où il convertit beaucoup de monde. Puis, il alla dans les provinces voisines prêcher la parole de Dieu. Il partit pour Eauze. En passant à Auch, il apprit, par révélation divine, le martyre de saint Pierre. En son honneur, il bâtit une église sur les bords du Gers. Ensuite, il poursuivit son voyage, arriva à Eauze et franchit les Pyrénées semant partout les graines du salut."

Il est difficile de retirer l'histoire de la légende.

Il aurait été envoyé par saint Pierre lui-même. Le plus sûr est de dire qu'il fut du nombre des missionnaires qui, comme, saint Denis vinrent dans les années 250, évangéliser les Gaules.

Fondateur du siège épiscopal de Toulouse, de nombreuses localités portent son nom dans diverses régions du sud de la France. La commune de Saint-Saturnin dzans le Puy-de-Dôme, lui est dédiée à Saint Saturnin, martyr, premier évêque de Toulouse au IIIe siècle, et ses reliques ont été ramenées en Auvergne au VIe siècle.

Après tant d'efforts pour répandre partout la doctrine du Christ, il revint à Toulouse. Les démons qu'on y vénérait le redoutaient tellement qu'ils cessèrent de rendre leurs oracles, malgré les sacrifices d'animaux qu'on leur offrait. Émus par ce silence inattendu, les ministres de la superstition résolurent de le faire mourir. En présence d'une foule considérable, on décida d'offrir un taureau en sacrifice, en vue d'apaiser les dieux. Saturnin vint à passer et quelqu'un, dans la foule, le reconnut: 'C'est lui, s'écria-t-il, l'adversaire de notre culte ! Vengeons, et notre honneur et leur gloire: son immolation calmera leur courroux; sa mort les comblera de joie.' À l'appel de cette voix, la foule en délire fit cercle autour du saint. Un prêtre et deux diacres parvinrent à s'échapper. Saturnin, seul, est traîné au Capitole. On le pousse à sacrifier aux démons. Il témoigne: 'Je ne connais qu'un Dieu unique et véritable, c'est à lui que j'immolerai les sacrifices de louanges. Vos dieux sont des démons'. À ces mots du saint évêque, ils passèrent, autour du taureau qui devait être immolé, une corde à laquelle ils attachèrent les pieds du saint. Puis, ils excitent vivement le taureau qui dévala les degrés du Capitole vers la plaine. Aussitôt, tête brisée, crâne décervelé, corps tout entier déchiré, il rendit à Dieu son âme admirable."

Saint Saturnin et l’Albigeois - Quand et comment la Bonne Nouvelle de l’Évangile est-elle parvenue dans l’Albigeois? On ne peut répondre avec certitude à cette question. Il est cependant fort probable que les premiers chrétiens de notre pays soient venus de Toulouse; l’importance de cette cité et la commodité des chemins la reliant à la vallée du Tarn ont dû favoriser l’implantation des premiers fidèles. Or, il y avait une Église à Toulouse au milieu du IIIe siècle, avec un évêque Saturnin ou Sernin martyrisé lors de la persécution de Dèce. Il est fort vraisemblable que les membres de cette communauté aient porté témoignage dans la région environnante. C’est ce souvenir qui a sans doute été à l’origine de la vénération du saint Martyr dans le diocèse d’Albi." (cf. Les Saints de chez nous site de l"Église catholique dans le Tarn)

Il fut, dit-on, au temps de Dèce, arrêté par les païens au capitole de cette ville et précipité du haut des degrés jusqu’en bas, et ainsi, la tête brisée, le corps broyé, il rendit son âme au Christ, vers 250.

"Resplendis, vivifiante croix du Seigneur. Illumine les cœurs. Manifeste la splendeur de ta beauté, accorde tes dons et tes bienfaits aux fidèles qui implorent la grâce du salut."

Sources : les sites catholiques romains Nominis et Les Saints de chez nous
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour