Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Reliquaire de Saint Siméon de Metz

Saint Siméon évêque de Metz († 494)

Fête le 16 février

Saint Siméon était originaire de l'île de Crète; le sang d'Israël coulait dans ses veines. Septième évêque de Metz, il siégea trente ans  jusqu'en 494 : c'est tout ce qu'on sait de lui.

Ce saint évêque était honoré dans l'ancienne liturgie du diocèse de Metz.

Ce sont ses reliques miraculeuses dont on connaît l'historique.

Saint Siméon, évêque de Metz, était inhumé, comme la plupart de ses prédécesseurs, dans la crypte de Saint-Clément. Angelrame, un de ses successeurs sur le siège de Metz, ayant soumis à son église l'abbaye de Senones, dont il était abbé, ses religieux, exempts jusque-là de la juridiction épiscopale, en murmurèrent.

A l’origine le corps de saint Siméon reposait dans une petite chapelle, détruite à ce jour, édifiée sur la colline aux alentours de Senones : colline de Saint-Siméon. En 785, la translation des Reliques de saint Siméon s’effectua vers l’église Saint-Pierre de l'Abbaye de Senones, où le corps y reposa dans une châsse de bois et d’argent, châsse qui disparut et fut remplacée par un reliquaire…

L'évêque, tout-puissant à la cour de Charlemagne, dont il était archi-chapelain, voulant toutefois regagner par sa bienveillance l'affection de ses religieux, leur fit présent du corps de saint Siméon, déjà illustré par ses miracles. Mais les moines de Senones, mécontents de la conduite d'Angelrame, refusèrent de recevoir les reliques du saint dans leur église.

L'évêque de Metz les déposa dans une chapelle qu'il fit bâtir sur une colline qui domine le monastère au midi, et qu'on voyait encore au siècle dernier. Dieu y fit éclater sa puissance et les mérites du Saint par tant de miracles, dit le moine Richer, ancien chroniqueur de Senones, qu'enfin les religieux transportèrent solennellement le corps de saint Siméon dans leur église, dédiée à saint Pierre et à saint Paul, où il demeura jusqu'à la destruction de l'abbaye, dans une châsse d'argent.

Translation des reliques de saint SiméonLa tête et un bras étaient conservés séparément dans des reliquaires d'argent qui en avaient la forme.

Tous les ans, le 25 octobre, on faisait à Senones mémoire de cette translation.

On trouve dans la chronique de Richer, religieux et chroniqueur de Senones, qui vécut au XIIIe siècle, le sommaire des nombreux miracles opérés au tombeau de saint Siméon, et qui l'ont rendu un des plus grands thaumaturges des Vosges.

Le 27 février 2011 en l’église de Senones les Reliques de saint Siméon ont retrouvé leur place dans la chapelle qui lui a été consacrée en 1895.

La procession et la consécration des Reliques se sont dérouleront à l’issue de la messe de rassemblement pour la fête patronale saint Gondelberg. La châsse restaurée repose désormais à son emplacement ainsi que le Chef de saint Siméon.

Sources : Note de l'abbé Noël, curé de Briey in "Vies des saints" par Les Petits Bollandistes tome II, et site du diocèse de Saint-Dié
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour