Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint SolochonSaint Solochon et ses compagnons Pamphamer et Pamphalon
soldats, martyrs à Chalcédoine (†305)
Fête le 17 mai

Égyptien d'origine, saint Solochon servait dans l'armée romaine, au temps de Maximien, dans une légion dirigée par le tribun Campanus. Affectés à Chalcédoine, les soldats reçurent tous l'ordre de sacrifier aux dieux de l'Empire, en signe de fidélité.

Les trois mille hommes se soumirent au décret, excepté trois d'entre eux: Solochon, Pamphamer et Pamphalon, qui se confessèrent chrétiens et déclarèrent avec assurance au tribun qu'ils étaient prêts à endurer toutes sortes de supplices pour le Nom du Christ.

Aussitôt livrés à la torture, ils furent à tel point fustigés que leurs omoplates enflèrent jusqu'à dépasser la hauteur de leur tête.

Pamphamer et Pamphalon rendirent l'âme sous la torture, tandis que Solochon continuait d'invoquer le Nom du Seigneur et de blâmer Campanus pour son impiété.

Saisi de colère, le tribun ordonna de lui ouvrir de force la bouche avec une épée et de le contraindre à boire du vin offert en libation aux idoles. Mais le saint mordit si fortement la lame du glaive qu'il la rompit et put ainsi se libérer de ses entraves. Lorsqu'il se présenta devant Campanus, en rendant gloire à la divinité du Christ et se moquant des superstitions païennes, une voix se fit entendre du ciel pour l'encourager à tenir bon jusqu'au terme du combat.

On le traîna ensuite, sept fois, sur la piste du stade, où l'on avait répandu des débris de poteries tranchants, puis on le suspendit par la main droite à une poutre, en lui attachant une lourde pierre au pied gauche. Le saint resta, ainsi écartelé pendant six heures, sans cesser de confesser à haute voix le Christ son espérance. Puis on coupa brusquement la corde et il retomba à terre, sur ses pieds, prêt à continuer le combat.

La nuit étant venue, Campanus, fort irrité de son échec, saisit le calame dont il se servait pour écrire, et l'enfonça profondément dans l'oreille du saint. Puis, le croyant mort, il partit distribuer leurs vivres à ses soldats. Des chrétiens transportèrent Solochon dans la maison d'une veuve, où après avoir pris un peu de pain, il pria pour les fidèles présents et, ayant levé les yeux vers le ciel, il remit, victorieux, son âme à Dieu.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
et site Orthodoxos Synaxaristis
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour