Retour à la page "Chronique"

saint Tykhon

Saint Tykhon

(1865-1925) patriarche de Moscou

Saint Tykhon (1865-1925) dans le monde Vassili Ivanovicth Bellavine naquit le 19 janvier 1865 dans la province de Pskov. À l'âge de 13 ans il entra au séminaire de Pskov et 6 ans plus tard il fut inscrit à l'Académie théologique de Saint-Pétersbourg ; à 26 ans, il devint moine et prit le nom de Tykhon en hommage à saint Tykhon de Zadonsk (1724-1783).

En 1898, il est nommé évêque ; il deviendra un an plus tard évêque des îles Aléoutiennes et de l'Alaska, territoires cédés aux États-Unis par l'empire russe (1867). Il installa alors l'Église orthodoxe russe en Amérique du nord, laquelle deviendra autocéphale en 1970. À ce titre il est considéré par de nombreux orthodoxes comme "l'apôtre de l'Amérique."

En 1905 Mgr Tykhon est nommé à Iaroslav.

Le concile de Moscou de 1917-1918 rétablissait le patriarcat de Moscou, supprimé par la réforme ecclésiastique de Pierre le Grand en 1723. Les nouveaux statuts de l'Église russe disposèrent alors que le patriarche serait désormais tiré au sort parmi trois candidats, eux-mêmes désignés par une assemblée clérico-laïque. (1)

Ces statuts, dont se réclame, sous une forme simplifiée, l'Archevêché des églises russes en Europe occidentale, héritier du concile de Moscou de 1917-1918, n'ont jamais été rétablis en Russie par la suite, même après la chute de l'Union soviétique.

Le 28 octobre 1917 Tykhon fut ainsi choisi devant l'icône miraculeuse de la Mère-de-Dieu de Vladimir.

Sans se mêler de politique Mgr Tykhon se trouva confronté à la persécution antireligieuse et aux crimes du régime bolchevik.

En 1918 il condamne l'assassinat de la famille impériale à Iekaterinenbourg.

Il s'opposera aussi, par exemple, à la vente des objets du culte.

En 1922 le gouvernement appuya contre lui le mouvement dit de "l'Église vivante". Il est emprisonné puis libéré en 1923, mais assigné à résidence au monastère Donskoï.

La persécution ne se limitera pas aux mesures de laïcisation les plus radicales, au mariage civil, à la nationalisation des biens de l'Église, à la propagande massive en faveur de l'athéisme, etc. Elle se traduira par l'assassinat d'innombrables prêtres et évêques, moines et sœurs et la déportation de millions de croyants.

En 1925, il meurt, probablement empoisonné par le régime communiste, le jour de l'Annonciation.

En 1989 il fut canonisé par l'Église de Moscou dans le cadre du Millénaire chrétien de la Russie et de la "Glasnost".

En 1992 ses reliques furent retrouvées et transférées solennellement au Monastère Donskoï.

Il est fêté le 7 avril et le 9 octobre.

Notes
(1) cf. Hyacinthe Destivelle, "Le Concile de Moscou (1917-1918)." Avant-propos de Mgr Hilarion Alfeiev, Cerf, 2006, 505 pages.