Site de la Crypte

seraphin

Petit Synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Saint Victor de Marseille (†303)

Fête le 21 juillet

Saint Victor de MarseilleCe soldat romain était né au milieu du IIIe siècle, d'une famille patricienne de Marseille. Ses parents étaient eux-mêmes chrétiens.

Il servait dans la légion thébaine composée de Chrétiens, et qui fut à ce titre massacrée sous les règnes persécuteurs de Dioclétien et Maximien Hercule (285-305).

En février 303, alors que la foi avait pénétré de larges couches de la population, éclate en effet une persécution soudaine, brutale et systématique. Elle fera des milliers de victimes dans tout l'empire. Rescapé du massacre de la légion thébaine, Victor sera l'une de celles-ci, à Marseille, où il subit le martyre pour avoir refusé d'abjurer sa foi chrétienne.

Ayant appris que l'empereur Maximien arrivait à Marseille pour persécuter les chrétiens, au lieu de cacher sa foi, il avait senti s'accroître en lui son zèle pour la défendre. Il parcourait hardiment les rangs de ses compagnons chrétiens pour les encourager à ne pas faiblir. Jour et nuit il se rendait de maison en maison, exhorter les fidèles à souffrir généreusement pour Jésus-Christ; il allait même accompagner les martyrs jusque dans leurs supplices, pour les fortifier dans le combat suprême.

Trahi par son zèle, il fut chargé de chaînes et conduit à l'empereur lui-même. Maximien employa successivement les promesses et les menaces pour l'engager à sacrifier aux dieux; le Saint, inébranlable, confondit le tyran en démontrant la vanité des idoles et la divinité de Jésus-Christ. L'empereur crut qu'une grande humiliation pourrait triompher de Victor; il le fit traîner par les pieds et poursuivre par les coups et les huées de la populace païenne.

Après ce premier tourment, Victor répondit aux nouvelles questions: "Je suis chrétien, je méprise vos dieux et je confesse Jésus-Christ." À ces mots, on l'étendit sur un chevalet, et son corps fut affreusement déchiré.

Pendant son supplice, Jésus-Christ lui apparut la Croix à la main, en lui promettant une immortelle couronne, et cette vision adoucit le sentiment de ses douleurs. La nuit suivante, dans sa prison, il fut visité par les Anges. Trois gardiens, frappés de voir le cachot resplendir d'une miraculeuse clarté, se convertirent, furent baptisés et reçurent le martyre avant Victor lui-même.

Le 8 juillet, on l'avait conduit au tribunal où siègeait le préfet du prétoire Euticius. Il avait refusé de percevoir sa solde et clame qu’il est chrétien. Ayant refusé de sacrifier aux dieux comme le lui demandait le juge, Victor est traîné à travers la ville, les bras liés dans le dos. Ramené devant le juge, Victor refuse à nouveau de sacrifier : "Je ne sacrifierai pas ; cela est dû au Créateur, non à une créature." En entendant cela le tribun Astérius lui donne une gifle et les soldats le frappent à coups de gourdin. Après cela, Asterius ordonne de le suspendre et de le martyriser avec des lanières de cuir. Puis il est descendu et enfermé dans un cachot.

Le 21 juillet, Victor est tiré des arrêts et traduit à nouveau devant le préfet Euticius. Il refuse à plusieurs reprises de sacrifier aux dieux. Le juge lui présente l’autel où il doit sacrifier. Mais Victor ne supporte même pas de regarder l’autel dédié aux faux dieux. D’un coup de pied, il le fait tomber de la main du prêtre, par terre. Le juge en colère ordonne que le pied ayant donné le coup soit coupé, puis, comme Victor refuse toujours de sacrifier, ordonne de le mettre sous la meule du boulanger, entraînée par un animal, où le grain est habituellement moulu. Mais la machine se brisa; il fallut, pour achever la victime, lui trancher la tête. À ce moment, une voix céleste fit entendre ces paroles: "Victor, tu as vaincu."

Les Chrétiens de Marseille dérobèrent le corps de Victor, puis le cachèrent en hâte, en un lieu à flanc de colline, où ils creusèrent le rocher. À cet emplacement, fut, un siècle plus tard, en 415, construite par saint Jean Cassien la célèbre abbaye Saint-Victor de Marseille, haut lieu du christianisme dans le sud de la France depuis cette époque.
Son martyre montre combien les héros du Christ sont supérieurs aux héros de nos armées.

D'après site Christ-Roi et Wikipedia
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour