Site de la Crypte

seraphin

Petit synaxaire

Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour

Xénia Grigorievna PétrovaeLa bienheureuse Xénia de Saint-Pétersbourg (†v1803)
Fête le 24 janvier

Le 24 janvier l'Église orthodoxe fait mémoire de Xénia Grigorievna Pétrova.

Elle était mariée à un brillant colonel de l'armée impériale, également chantre à la cour, et menait une vie mondaine et aisée au sein de l'aristocratie de la capitale. Le décès subit de son époux, alors qu'elle n'avait que vingt-six ans, la plongea dans un profond désarroi et lui fit réaliser la vanité de tout attachement terrestre. Elle entreprit dès lors de se libérer de tout ce qui la retenait à la terre, pour se mettre en marche vers le Royaume des cieux par la voie la plus étroite et la plus difficile: celle de la folie pour le Christ.

Son comportement changea complètement, et en la voyant distribuer ses biens en dons et en aumônes, ses proches crurent que son deuil lui avait fait perdre la tête. Elle avait revêtu le costume militaire de son mari et ne répondait que lorsqu'on s'adressait à elle avec le nom du défunt. Sans gîte, pieds nus et revêtue, été comme hiver, des mêmes haillons bariolés, elle allait par les rues des quartiers pauvres, en s'offrant avec douceur et résignation aux moqueries et aux mauvaises farces des garnements, à l'imitation du Christ en sa Passion. Elle n'acceptait l'aumône de ceux qui la prenaient en pitié que pour la redistribuer immédiatement aux pauvres, ne mangeait que de temps à autre, quand elle rendait visite à quelque famille de sa connaissance, et allait passer ses nuits dans un champ, à l'extérieur de la ville, où elle restait à genoux en prière jusqu'au lever du soleil.

Les habitants pieux remarquèrent peu à peu que sa conduite étrange cachait une vie sainte, que ses paroles énigmatiques et figurées n'étaient pas sans sagesse et qu'elles voilaient souvent la prédication d'événements à venir. La bénédiction de Dieu semblait l'accompagner partout où elle allait. Quand elle entrait dans une boutique, la recette de la journée croissait notablement; quand un

cocher la prenait dans sa voiture, il trouvait un grand nombre de clients; quand elle embrassait un enfant malade, il recouvrait bientôt la santé. La compassion qu'on lui portait se transforma bientôt en une vénération générale dans toute la ville, dont elle devint le véritable ange protecteur. Après avoir porté la croix de la folie volontaire par amour du Christ pendant quarante-cinq ans, sainte Xénie s'endormit dans le Seigneur à l'âge de soixante et onze ans (entre l794 et 1806).

Sa tombe fut immédiatement l'objet d'une vénération croissante et devint un véritable lieu de pèlerinage. Miracles, guérisons, prophéties, apparitions de la sainte n'ont pas cessé depuis près de deux siècles auprès de cette tombe source de vie et de bénédictions. Le peuple s'y presse en foule pour recevoir le secours très puissant des prières de la sainte, considérée comme patronne de la cité, et chacun emporte un peu de terre de son tombeau et de l' huile de la veilleuse qui y brûle en permanence.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos
Revenir à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"     → Recevoir nos mises à jour